Dysurie : 7 remèdes naturels contre la miction douloureuse

La dysurie est le terme utilisé pour identifier la douleur lorsqu’on urine. Bien que cela soit plus fréquent chez les femmes, les hommes et les femmes de tout âge peuvent éprouver une miction douloureuse. Elle est le plus souvent causée par une infection comme une infection des voies urinaires (IVU) ou une maladie sexuellement transmissible (MST), mais elle peut aussi être le signe d’une maladie sous-jacente plus grave comme le diabète ou même le cancer. (1)

Selon un rapport publié en 2017 dans la revue Open Forum Infectious Diseases, le nombre d’infections urinaires, source majeure de dysurie, a augmenté de 52 % entre 1998 et 2011. Les chercheurs notent que les patients âgés et les femmes ont connu une plus forte augmentation que les autres populations. (2)

Une autre constatation troublante du rapport est l’augmentation spectaculaire du nombre d’hospitalisations et des coûts de traitement en raison de l’augmentation de la résistance aux antimicrobiens observée dans le traitement des symptômes d’infection des voies urinaires.

Souvent, la douleur ou l’inconfort est décrit comme une sensation de brûlure légère à modérée. Cependant, pour certains, la douleur peut être très intense. Les symptômes s’atténuent généralement après que le traitement de la dysurie se concentre sur l’infection sous-jacente. Si l’infection est causée par une MST, il est essentiel que les deux partenaires soient traités pour éviter qu’elle ne se reproduise.

Des remèdes naturels efficaces sont disponibles pour aider à renforcer le système immunitaire, combattre l’infection et faciliter la guérison pour soulager les brûlures, les démangeaisons, la douleur et l’inconfort général de la dysurie.

Qu’est-ce que la dysurie ?

La dysurie est le terme médical utilisé pour identifier la douleur ou l’inconfort ressenti lors de la miction. Elle peut se manifester légèrement, ou la sensation de brûlure, les démangeaisons ou la douleur peuvent être très intenses.

Symptômes de la dysurie

Les symptômes reconnus de la dysurie comprennent : (3)

  • Inconfort général lors de la miction
  • Une sensation de brûlure ou de picotement en urinant
  • Une sensation de démangeaison pendant ou après la miction
  • Douleur pendant ou après la miction
  • Pour les femmes, l’inconfort peut être ressenti à la fois à l’intérieur et à l’extérieur – la douleur externe est généralement causée par une inflammation de la peau tandis qu’une infection des voies urinaires peut causer une douleur interne.
  • Urine trouble causée par une infection urinaire, des calculs rénaux, le diabète ou la gonorrhée.
  • L’hématurie, ou sang dans l’urine, peut également accompagner la douleur lorsque vous urinez – il est important de consulter votre médecin si votre urine est de couleur rouge foncé, brune, rose ou orange, car des tests seront nécessaires pour en déterminer la cause.

Causes et facteurs de risque de la dysurie

Pour les femmes, la dysurie est souvent le résultat de :

  • Vaginose bactérienne
  • Infection vaginale à levures
  • Infection des voies urinaires
  • Inflammation de l’urètre
  • Rapports sexuels
  • Douches
  • Éponges contraceptives
  • Spermicides
  • Savons

La dysurie chez les hommes est souvent causée par :

  • Infection des voies urinaires
  • Maladie de la prostate
  • Prostatite
  • Cancer

La dysurie chez les deux sexes peut être causée par : (4)

  • Calculs vésicaux ou rénaux
  • MST, y compris la chlamydia, la gonorrhée et l’herpès génital
  • Inflammation de la vessie
  • Infection rénale
  • Cystite interstitielle
  • Alimentation
  • Certains médicaments de chimiothérapie
  • Radiothérapie de la région pelvienne

Chez les enfants, la dysurie peut survenir s’ils présentent un reflux vésico-urétéral où l’urine s’écoule de la vessie vers les reins, ou s’il y a une obstruction des voies urinaires.

Les facteurs de risque comprennent :

  • Être une femme
  • Être enceinte
  • Avoir du diabète
  • Avoir une prostate hypertrophiée
  • Calculs rénaux
  • Maladies de la vessie
  • Cathéter urinaire
  • Ne pas utiliser de préservatifs et/ou avoir plusieurs partenaires sexuels

Traitement conventionnel de la dysurie

L’inconfort occasionnel pendant que vous urinez n’est pas rare, mais s’il est accompagné d’autres symptômes, y compris de la fièvre, une miction fréquente, des douleurs dorsales, des douleurs abdominales, des pertes anormales du vagin ou de l’urètre, ou si la douleur empire, il est important de voir votre médecin.

Le diagnostic de la dysurie nécessite un examen physique qui, pour les femmes, peut comprendre un examen pelvien. Une analyse de sang et une analyse d’urine seront probablement ordonnées pour en déterminer la cause.

Une fois que l’infection à l’origine de la dysurie a été diagnostiquée, le traitement peut commencer. Le traitement conventionnel de la dysurie peut inclure :

  • Antibiotiques oraux pour les infections bactériennes ou les MST
  • Médicaments antifongiques pour les infections vaginales à levures
  • Un analgésique spécifique pour la douleur liée à une infection des voies urinaires (5)

7 traitements naturels pour la miction douloureuse (dysurie)

Buvez plus d’eau

Bien que cela puisse causer une augmentation de la fréquence des mictions, boire plus d’eau que d’habitude peut aider à éliminer les toxines et à réduire la miction douloureuse, selon la clinique Cleveland.

Les nouvelles récentes concernant les sources d’approvisionnement en eau contaminée, les dangers potentiels de l’eau embouteillée dans des bouteilles en plastique et l’eau de ville traitée au fluorure ne devraient pas vous dissuader de boire de l’eau fraîche et propre. Si vous habitez dans une région où l’eau est contaminée ou douteuse, vous voudrez peut-être investir dans un système de filtration d’eau. La clé est de rester hydraté en buvant 1,50 litre d’eau pour 100 kg de poids corporel chaque jour.

Probiotiques

L’ajout de bactéries amicales à votre organisme grâce aux probiotiques peut aider à combattre les bactéries et les champignons nuisibles qui peuvent causer la dysurie. En prime, si vous avez reçu un diagnostic d’infection urinaire, de MST ou d’infection à levures et qu’on vous a prescrit des antibiotiques, les probiotiques peuvent aider à contrer les effets secondaires négatifs de ces médicaments. (6)

En plus d’un supplément probiotique de haute qualité, lorsque vous combattez une infection, assurez-vous d’ajouter beaucoup d’aliments riches en probiotiques à votre alimentation. Ajoutez du kéfir à votre smoothie post-entraînement, de la choucroute ou du kimchi à votre assiette, un bol de yogourt à votre déjeuner, ou utilisez du vinaigre de cidre de pomme, avec la culture mère, dans vos vinaigrettes à salade pour profiter des bienfaits des probiotiques naturels.

Huile essentielle de clou de girofle

Reconnue pour combattre les parasites intestinaux et le candida, l’huile essentielle de clou de girofle inhibe également les bactéries gram-négatives et gram-positives tout en renforçant le système immunitaire. Dans un rapport publié dans la revue Critical Reviews in Microbiology, les chercheurs identifient que l’eugénol, le principal composé de l’huile essentielle de girofle, possède une activité anti-inflammatoire et antimicrobienne contre les champignons et bactéries, montrant un large éventail de propriétés contre divers agents pathogènes humains. (7)

Si vous décidez de prendre de l’huile essentielle de clou de girofle en interne, veuillez le faire sous la supervision d’un médecin spécialiste en médecine fonctionnelle, d’un nutritionniste ou de votre médecin de famille, car elle ne devrait pas être prise pendant plus de deux semaines ou par des personnes prenant certains médicaments anticoagulants ou par de jeunes enfants.

Vitamine C

Selon la clinique de Cleveland, la vitamine C est « l’un des plus grands stimulateurs du système immunitaire ». Lorsque vous combattez une infection, il est impératif que vous consommiez chaque jour des aliments riches en vitamine C et que vous ajoutiez un supplément alimentaire de haute qualité à votre routine, car l’organisme ne les produit ni ne les conserve. (8)

Si vous n’aimez pas les agrumes, ne vous inquiétez pas ! Il y a beaucoup d’autres fruits et légumes frais à ajouter à votre alimentation qui sont riches en vitamine C. Ajouter des fraises, des kiwis, des papayes, des goyaves, des ananas et des mangues à vos smoothies vous donnera un coup de pouce sain, tout comme ajouter du brocoli, du chou vert et des choux de Bruxelles à vos repas. Savourez du chou frisé cru dans une salade César ou gardez des croustilles de chou frisé à proximité pour les collations de l’après-midi.

Cardamome

Cette graine aromatique est apparentée au gingembre et offre une saveur sucrée et florale unique. La cardamome est utilisée depuis des générations comme rafraîchisseur d’haleine naturel, comme aide digestive et pour améliorer la circulation. Elle agit également comme diurétique, aidant à éliminer les toxines et l’eau retenue. De plus, la recherche montre qu’elle peut tuer certains types de bactéries, dont Streptococcus mutant, Staphylococcus aureus, Candida albicans et Saccharomyces cerevisiae. (9, 10)

Cette graine prometteuse est également à l’étude pour la fonction vasculaire, le cancer, la sécheresse de la bouche et les nausées. (11) Pour l’utiliser comme diurétique, mélanger une cuillère à café de poudre de cardamome dans une tasse de lait chaud et boire avant le coucher chaque soir. Si désiré, une touche de miel peut être ajoutée pour créer une boisson merveilleusement florale et apaisante pour le coucher.

Hydraste du Canada

L’hydraste du Canada, utilisé par les Amérindiens depuis des générations dans le traitement du rhume, de la vaginite, des infections des voies urinaires et de la gonorrhée, figure naturellement sur cette liste pour les remèdes contre la dysurie. (12) Il possède une activité antimicrobienne contre les virus et les bactéries et est un stimulant naturel du système immunitaire. La recherche montre qu’il peut en fait aider à prévenir les infections urinaires en empêchant les bactéries de s’attacher à la paroi de la vessie. De plus, il peut être efficace contre la vaginite et peut même aider à abaisser la glycémie chez les diabétiques de type 2. (13, 14)

L’hydraste du Canada, pour combattre une infection, devrait être pris à raison de quatre à six grammes par jour par gélule, qui est généralement bien tolérée par la plupart des personnes. Des suppléments de pilules, des teintures et des thés sont disponibles ; assurez-vous de choisir un supplément naturel de haute qualité. Ne prenez pas d’hydraste du Canada pendant plus de trois semaines et parlez à votre médecin de toute interaction possible avec les médicaments que vous prenez.

Huile essentielle d’origan

La recherche montre que cette huile essentielle peut combattre certains types de cancers, virus, champignons et bactéries. Riche en carvacrol et thymol, l’huile essentielle d’origan peut aider votre corps à combattre l’infection vous causant une miction douloureuse. Les chercheurs continuent d’étudier ses effets sur diverses affections, dont le cancer du côlon, l’inflammation, la fonction pulmonaire et plus encore. (15, 16)

Vous pouvez utiliser l’huile essentielle d’origan en topique pour les infections cutanées en la mélangeant avec une huile végétale. En cas de prise interne, il est indispensable de n’acheter qu’une huile essentielle « 100 % thérapeutique ». Pour combattre une infection, prendre trois gouttes d’huile essentielle d’origan, deux fois par jour, pendant 10 jours. Vous pouvez ajouter de l’huile essentielle d’origan à n’importe quel aliment de votre choix.

Prévention de la dysurie

Comme la dysurie est généralement causée par une infection, il est important de renforcer votre système immunitaire et d’éviter les pratiques qui vous exposent à un risque accru d’infection. C’est d’autant plus vrai que la résistance aux antibiotiques augmente de plus en plus partout dans le monde. La Harvard Medical School recommande ce qui suit pour aider à prévenir les symptômes de dysurie :

  • Lorsque la dysurie est causée par une cystite interstitielle ou une pyélonéphrite, le rinçage des voies urinaires à l’eau douce peut aider à prévenir d’autres épisodes.
  • Si les symptômes de dysurie sont causés par une irritation ou une inflammation, les femmes doivent garder leur région génitale propre et sèche. Pendant les règles, le changement fréquent des tampons ou des serviettes hygiéniques peut également aider.
  • Les hommes et les femmes devraient uriner après les rapports sexuels.
  • Pour la dysurie causée par une MST, tous les partenaires sexuels doivent suivre le traitement recommandé pour la MST et commencer à avoir des rapports sexuels protégés.
  • Les femmes devraient essuyer de l’avant vers l’arrière après une selle pour éloigner les bactéries du vagin.

Précautions à prendre contre la dysurie

Si la dysurie est causée par une maladie transmise sexuellement, il est important que les femmes suivent le protocole de traitement pour prévenir les problèmes de fertilité ou les cicatrices dans le tractus génital.

Lorsque la dysurie est causée par une infection des voies urinaires, il est essentiel de guérir l’infection ; si elle n’est pas traitée, certaines complications, notamment des lésions rénales permanentes, des infections rénales chroniques (pyélonéphrite), des sténoses urétrales chez les hommes et même une septicémie potentiellement mortelle, peuvent survenir. (17)

Que retenir sur la dysurie ?

  • La dysurie est le terme médical utilisé pour identifier la douleur, la sensation de brûlure ou de démangeaison, ou l’inconfort général qui accompagne la miction.
  • La dysurie est le plus souvent causée par une infection comme une infection urinaire, une infection de la vessie ou une MST, mais elle peut aussi être causée par certains médicaments et médicaments de chimiothérapie.
  • Le traitement conventionnel dépend de la cause profonde de la douleur ressentie en urinant, mais peut inclure des antibiotiques, des analgésiques ou des médicaments antifongiques.
  • Si la dysurie est causée par une MST, tous les partenaires sexuels doivent être traités pour que l’infection ne se reproduise pas.
  • L’infection sous-jacente à l’origine des traitements de la dysurie doit être traitée car des complications graves peuvent survenir sans traitement, y compris la septicémie.

Voici quelques options de traitement naturel de la dysurie :

  • Buvez plus d’eau pour aider à éliminer les toxines et réduire la douleur. Essayez de boire au moins 1 litre d’eau par jour.
  • Mangez des aliments riches en probiotiques et prenez quotidiennement un supplément probiotique de haute qualité tout en combattant l’infection qui cause vos symptômes de dysurie.
  • Prenez de l’huile essentielle de clou de girofle pendant au plus deux semaines tout en luttant contre l’infection. N’utilisez pas d’huile essentielle de clou de girofle si vous prenez des médicaments anticoagulants.
  • Mangez des aliments riches en vitamine C et prenez un supplément alimentaire de haute qualité pour renforcer votre système immunitaire tout en combattant une infection.
  • Buvez de la cardamome et du lait chaud chaque soir avant le coucher pour aider à combattre les bactéries dans votre organisme et comme diurétique naturel.
  • Prendre quatre à six grammes d’hydraste du Canada par jour sous forme de pilule pour combattre une infection, mais ne le prenez pas pendant plus de trois semaines consécutives.
  • Prendre trois gouttes d’huile essentielle d’origan de qualité thérapeutique deux fois par jour pendant 10 jours pour combattre l’infection sous-jacente causant la dysurie.

Achetez maintenant vos huiles essentielles contre la dysurie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s