Terreurs nocturnes + Comment gérer les terreurs du sommeil (pour enfants et parents !)

Si vous, ou votre enfant, avez déjà vécu des cris, des coups et une peur intense pendant votre sommeil, la cause peut être des terreurs nocturnes. Pour certains, l’expérience vous fera réveiller essoufflé, transpirant, avec un rythme cardiaque rapide et tremblant de peur. Mais pour d’autres, au cours d’un épisode, il peut être difficile d’éveiller la personne atteinte. Bien qu’elles ressemblent à un cauchemar, les terreurs nocturnes sont beaucoup plus dramatiques et ont un impact à la fois physique et émotionnel sur la personne qui en souffre. (1)

Lorsqu’un enfant fait un cauchemar, le thème ou la vision se répète souvent pendant des semaines, des mois ou même des années. Les cauchemars surviennent pendant la phase MRE (mouvement rapide des yeux) du sommeil, ce qui permet de s’en souvenir plus facilement, tandis que les terreurs nocturnes surviennent pendant les phases de sommeil profond et non-MRE. (1)

Les terreurs nocturnes peuvent survenir à tout âge, de la petite enfance à la fin de la vie. On estime que seulement 3 à 6 pour cent des enfants en font l’expérience, tandis qu’un pourcentage beaucoup plus élevé d’enfants font des cauchemars occasionnels.

Il existe peu de statistiques sur les terreurs nocturnes chez les adultes, mais elles peuvent être liées à d’autres troubles du sommeil, dont le somnambulisme. L’American Academy of Sleep Medicine estime que les terreurs nocturnes touchent 2,2 % des adultes. Bien qu’il y ait un certain nombre de causes, y compris certains médicaments, l’excès de caféine ou le fait d’être trop fatigué, chez les adultes, les terreurs nocturnes peuvent être le signe d’états de santé sous-jacents comme le SSPT, l’apnée du sommeil et le syndrome des jambes sans repos. (2, 3)

Chez les enfants, les terreurs nocturnes disparaissent souvent d’elles-mêmes à l’âge de 12 ans. Mais pendant les années où elles sont actives, cela peut représenter un défi important pour les enfants et leurs parents.

Le traitement des terreurs nocturnes dépend de la cause ; si un problème de santé sous-jacent est déterminé, comme l’apnée du sommeil, et qu’il est traité, ce trouble du sommeil va probablement s’atténuer. Pour la grande majorité des enfants et des adultes qui éprouvent des terreurs nocturnes, il peut aussi être utile de modifier les habitudes de sommeil et l’atmosphère de sommeil, d’augmenter l’activité physique et d’éliminer certains stimulants de leur alimentation.

Que sont les terreurs nocturnes ?

Les terreurs nocturnes, ou terreurs du sommeil, font partie d’une catégorie plus large de troubles du sommeil appelés parasomnies. Il s’agit d’un groupe de troubles anormaux du sommeil et de perturbations qui comprennent également le somnambulisme, l’alimentation du sommeil, la paralysie du sommeil et la sexsomnie. (4)

Les terreurs nocturnes sont caractérisées par des individus tremblants de peur. Certaines personnes peuvent se réveiller tandis que d’autres peuvent rester endormies et être très difficiles à réveiller. Un rythme cardiaque rapide, la transpiration et l’essoufflement sont d’autres symptômes courants des terreurs nocturnes.

Les terreurs nocturnes sont souvent considérées comme des cauchemars graves, mais c’est faux. Il existe des différences significatives entre les deux. Les cauchemars surviennent le plus souvent pendant les phases de sommeil léger et sont incroyablement réalistes et vifs. Ils peuvent vous bercer de peur et de panique et quand vous vous réveillez, vous vous souvenez d’avoir été pourchassé, d’être tombé ou du monstre terrifiant qui se cache sous le lit.

Les cauchemars chez les enfants peuvent rendre les nuits extrêmement longues pour les parents et les adultes. Comme la vision de la peur est si réelle et si claire, il peut être difficile de réconforter l’enfant pour qu’il puisse retourner dormir.

Les terreurs nocturnes, d’autre part, se produisent pendant des cycles de sommeil non-MRE, et au lieu d’être des rêves vifs, vous éprouvez des sentiments de terreur, mais pas des visions réelles. Souvent, les signes physiques, l’essoufflement, les tremblements et les raclées surviennent avant votre réveil, rendant les symptômes des terreurs nocturnes encore plus effrayants. En fait, les terreurs nocturnes peuvent activer votre réaction naturelle de combat ou de fuite.

Quand vous vous réveillez, vous ne vous souvenez plus pourquoi vous êtes terrifié ou tremblant. Il n’y a pas de vision de la peur qui a causé la réaction ; seulement le sentiment de danger et de panique. Pour les enfants, cela signifie souvent qu’une fois que les signes physiques des terreurs nocturnes se sont atténués, ils peuvent retourner dormir, souvent en seulement cinq à dix minutes. (5)

Signes et symptômes des terreurs nocturnes

  • S’acharner sur le lit
  • Hurler
  • Pleurer
  • Parler de façon incohérente
  • S’asseoir dans son lit
  • Agir violemment lorsqu’on est touché
  • Griffer les autres ou se gratter soi-même
  • Difficulté à être réveillé
  • Ne pas répondre aux commandes
  • Confusion ou désorientation
  • Tachycardie (rythme cardiaque rapide)
  • Tachypnée (respiration rapide)
  • Rougeur de la peau
  • Transpiration, souvent abondante
  • Mouiller le lit
  • Somnambulisme
  • Terreur intense
  • Yeux larges et pupilles dilatées
  • Tension artérielle élevée

Causes et facteurs de risque des terreurs nocturnes

Les terreurs nocturnes sont généralement causées par l’éveil excessif du système nerveux central pendant le sommeil. D’autres facteurs qui peuvent contribuer à ce trouble du sommeil comprennent : (1)

  • Être fatigué à outrance
  • Stress
  • Maladie
  • Fièvre
  • Migraines
  • Blessures à la tête
  • Certains médicaments pour la dépression, l’anxiété et l’hypertension artérielle (5)
  • Nouvel environnement de sommeil
  • Manque de sommeil
  • Trop de caféine
  • Génétique
  • Apnée du sommeil
  • SSPT
  • Trouble anxieux général
  • Dépression
  • Syndrome des jambes sans repos
  • Trouble bipolaire
  • Toxicomanie

Traitement conventionnel des terreurs nocturnes

En général, le traitement n’est pas nécessaire, car la plupart des cas se résolvent d’eux-mêmes. Cependant, si les terreurs nocturnes s’accompagnent de somnambulisme, l’objectif doit être de protéger l’enfant ou l’adulte.

Pendant un épisode de terreurs nocturnes, il peut être utile de répéter des déclarations apaisantes et d’apporter un réconfort physique. Et, même si cela peut sembler contre-intuitif, pendant un épisode, réveiller l’enfant ou l’adulte peut ne pas être nécessaire ou souhaitable.

Selon la Harvard Medical School, des réveils rapides, ou réveils anticipés, comme une routine nocturne, peuvent aider à prévenir les terreurs nocturnes et le somnambulisme chez les enfants. La technique consiste à mesurer le temps écoulé entre le moment où l’enfant s’endort et le début de l’épisode. Puis, pendant sept nuits consécutives, l’enfant est réveillé pendant cinq minutes dans les 15 minutes qui précèdent la nuit, avant que des terreurs soient attendues. Après sept jours, le cycle des terreurs nocturnes peut être brisé. (6)

Chez les adultes, si la cause fondamentale est un état de santé sous-jacent comme l’apnée du sommeil, le trouble bipolaire ou d’autres affections, un traitement efficace de la maladie peut aider à soulager ces épisodes. Comme pour les enfants, pour certains adultes, le réveil anticipé peut aussi aider, selon la Clinique Mayo. (7)

Les somnifères sont rarement recommandés. Cependant, si l’on croit que la dépression ou l’anxiété sont à l’origine des terreurs du sommeil, des antidépresseurs peuvent être prescrits.

7 façons d’aider à gérer les terreurs nocturnes

Les terreurs nocturnes chez les enfants sont une source de stress et d’anxiété pour les parents et les enfants. Pour les adultes, les relations sont souvent tendues et la productivité au travail peut en souffrir. Trouver des moyens efficaces pour aider à prévenir les épisodes et des somnifères naturels efficaces sont essentiels pour obtenir une bonne nuit de sommeil.

Évitez la caféine, la nicotine et l’alcool pendant six heures avant le coucher

De tels stimulants peuvent empêcher un sommeil réparateur. N’oubliez pas que la caféine se trouve dans les sodas, le chocolat, certains analgésiques et de nombreux types de thé. Bien que l’alcool puisse vous aider à vous endormir, il augmente le nombre de fois où vous vous réveillez pendant la nuit, selon la Harvard Medical School. (8)

Créez un environnement de sommeil paisible

Pour les enfants comme pour les adultes, la création d’un environnement propice au sommeil peut contribuer à améliorer la qualité du sommeil. La température, l’éclairage, le niveau sonore et la qualité (et le confort) du matelas sont importants pour un sommeil réparateur. Une pièce bien ventilée avec une température comprise entre 18 et 20 degrés est généralement recommandée.

Les lumières de l’électronique peuvent perturber le sommeil ; éteignez l’électronique avant d’aller vous coucher. Si les enfants font leurs devoirs dans leur chambre ou si votre bureau à domicile se trouve dans votre chambre, envisagez d’autres options pour aider à faire de la chambre un sanctuaire pour dormir.

Adoptez une bonne hygiène du sommeil

La plupart des enfants ont une bonne routine à l’heure du coucher qui comprend le bain et des activités de relaxation. L’adoption d’une routine à l’âge adulte qui vous aide à faire la transition vers le sommeil peut vous aider à réduire les terreurs nocturnes. Une douche ou un bain avant le coucher aide à abaisser la température du corps et favorise la somnolence. N’oubliez pas de vous mettre au lit avec des draps et des vêtements de nuit frais.

Faites de l’exercice

L’exercice quotidien est l’un des meilleurs moyens de favoriser une bonne nuit de sommeil. C’est vrai pour les enfants comme pour les adultes. L’exercice aide à réduire le stress et l’anxiété et vous rend physiquement fatigué. Mais il est important d’éviter l’activité physique et l’activité mentale dans les trois heures qui précèdent le coucher, car cela peut favoriser la vigilance. (8)

Les exercices de type aérobique incluant le jogging, le tennis, les cours de danse, le vélo, les arts martiaux et la natation sont d’excellentes activités pour les adultes et les enfants. Le yoga est une excellente activité pour les adultes, et une étude clinique récente dans la revue Anxiety Stress & Coping a démontré que la pratique du yoga réduit considérablement le stress, l’anxiété et l’insomnie. (9)

Essayez la pleine conscience et la relaxation

La promotion d’un sentiment de bien-être et de relaxation avant le coucher peut aider à améliorer la qualité du sommeil, les symptômes d’insomnie et la qualité de vie en général. Dans une étude pilote récente, les femmes ménopausées ont suivi une formation de huit semaines et ont bénéficié d’importants bienfaits en matière de sommeil. (10)

Les pratiques corps-esprit, y compris la méditation, sont de plus en plus courantes dans les soins pédiatriques pour la douleur, le stress et le sommeil. La méditation et la pleine conscience peuvent également être facilitées pour les enfants et les adolescents grâce à des méditations guidées écrites pour leur groupe d’âge spécifique. (11)

Faites-vous hypnotiser

Longtemps pratiquée pour le stress, la dépendance, la douleur, l’anxiété et le SSPT, l’hypnose peut aider à réduire la gravité et le nombre d’épisodes de terreurs nocturnes, selon Harvard Medical, et une étude clinique historique du début des années 1990. L’étude publiée dans The Journal of Nervous and Mental Disease a révélé que l’hypnose était efficace chez 74 % des adultes étudiés pour réduire ou éliminer les terreurs du sommeil et le somnambulisme. (6, 12)

Une étude plus récente menée par des chercheurs du Hurley Children’s Hospital du Michigan State University College of Human Medicine et du Seattle Children’s Hospital a révélé que l’hypnose clinique est un outil efficace pour les enfants et les adolescents pour gérer la douleur, l’anxiété, la dépression, le chagrin, les phobies et les troubles du sommeil. Les chercheurs notent également la relation et la similitude entre l’hypnose et les pratiques corps-esprit, y compris le biofeedback, le yoga, l’imagerie guidée, la méditation et la prière. (13)

Utilisez des huiles essentielles

Certaines huiles essentielles dont l’huile essentielle de lavande et l’huile essentielle d’encens sont associées à la détente et à une meilleure qualité de sommeil. Dans un essai clinique publié dans la revue Complementary Therapies in Clinical Practice, l’aromathérapie a amélioré la qualité du sommeil chez 64 % des participants à l’étude. (14)

Précautions à prendre

Bien qu’elles ne soient pas considérées comme une maladie grave, les terreurs nocturnes peuvent entraîner les complications et les défis suivants : (15)

  • Somnolence diurne excessive
  • Troubles du sommeil
  • Embarras
  • Problèmes relationnels
  • Blessure à soi-même ou à autrui
  • Peut être un signe d’un problème sous-jacent
  • Anxiété et stress

Si le somnambulisme se produit avec des terreurs du sommeil, il est important que les lits superposés ne soient pas utilisés. Pour les enfants et les adultes, s’il y a des escaliers dans la maison, il est recommandé de prévoir des barrières pour éviter de tomber dans les escaliers. Il est également extrêmement important de garder les fenêtres fermées et verrouillées, ainsi que les portes.

Points clés sur les terreurs nocturnes

  • Les terreurs nocturnes font partie d’un groupe plus vaste de troubles du sommeil appelés parasomnies.
  • Les terreurs nocturnes ne sont pas des cauchemars graves ; les deux se produisent à deux cycles différents de sommeil.
  • Dans une terreur nocturne, on ne se souvient pas de détails vifs comme un cauchemar. Au lieu de cela, vous vivez le traumatisme physique et émotionnel d’une peur intense.
  • Les terreurs nocturnes surviennent le plus souvent chez les enfants, mais elles peuvent survenir à n’importe quel stade de la vie.
  • Les terreurs nocturnes peuvent être causées par un état de santé sous-jacent comme l’apnée du sommeil, un excès de caféine, une surstimulation ou d’autres troubles du sommeil comme le syndrome des jambes sans repos.

7 façons d’aider à gérer les terreurs nocturnes

  1. Évitez la caféine, la nicotine et l’alcool pendant 6 heures avant le coucher. Tout stimulant pendant les heures qui précèdent le coucher peut nuire à la qualité et à la quantité du sommeil.
  2. Créez un environnement de sommeil paisible. Un environnement apaisant, frais, sombre et calme peut aider à améliorer la qualité du sommeil. Les matelas qui sont inconfortables ou qui ont plus de 10 ans devraient être remplacés.
  3. Adoptez une bonne hygiène du sommeil. Une douche et une activité de relaxation avant le coucher peuvent abaisser la température corporelle et favoriser la somnolence.
  4. Faites de l’exercice. Les activités aérobiques qui fatiguent le corps et l’esprit peuvent favoriser le sommeil. Cependant, ne faites pas d’activité physique dans les trois heures qui précèdent l’heure du coucher, car cela peut vous rendre plus alerte.
  5. Essayez la pleine conscience et la relaxation. Utilisez la pleine conscience et la relaxation pour améliorer la qualité du sommeil et réduire le stress. Des applications adaptées aux enfants et des méditations spécialement écrites sont également disponibles.
  6. Essayez l’hypnose. Sans danger pour les enfants et les adultes, l’hypnose s’est avérée efficace contre les terreurs du sommeil et le somnambulisme.
  7. Utilisez des huiles essentielles. Diffusez une combinaison d’huiles essentielles de lavande, d’encens, de bergamote et de bois de cèdre juste avant de vous coucher pour favoriser un sommeil réparateur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s