Santé - Cancer

6 façons naturelles de stimuler la fonction hypothalamique

L’hypothalamus est une partie essentielle du cerveau humain et est souvent considéré comme le « centre de contrôle » de la plupart des hormones. Sa relation de travail avec l’hypophyse et les glandes surrénales affecte notre système nerveux ainsi que notre système endocrinien. Mais que fait exactement l’hypothalamus ? Pour commencer, il joue un rôle dans notre apport calorique, la régulation du poids et la chaleur corporelle. Je suis sûr que vous commencez à comprendre que, même si vous n’étiez pas déjà familier avec la fonction de l’hypothalamus, il est clairement important pour l’existence humaine.

L’hypothalamus est situé au plus profond du cerveau, juste au-dessus de la base du crâne. Sa principale fonction générale est de réguler l’homéostasie de notre corps. En d’autres termes, il aide à maintenir le corps humain dans un état constant et régulier. Lorsque l’hypothalamus ne fonctionne pas correctement, cela perturbe le fonctionnement de l’hypophyse. Mais cela ne s’arrête pas là, car l’hypophyse contrôle les glandes surrénales, les ovaires, les testicules et la glande thyroïde. Donc, lorsque la fonction de l’hypothalamus n’est pas bonne, il y a beaucoup d’autres choses affectées qui sont toutes vitales pour une bonne santé.

Des recherches récentes montrent même que de nombreux aspects du vieillissement sont contrôlés par l’hypothalamus. Des études donnent l’espoir de pouvoir changer la signalisation dans l’hypothalamus pour ralentir le processus de vieillissement et augmenter la longévité. (1) Examinons exactement quand et comment l’hypothalamus peut affecter notre santé et comment nous pouvons naturellement stimuler la fonction de cette glande sous-estimée.

Les meilleures façons naturelles de stimuler la fonction de l’hypothalamus

Augmentez l’apport en chrome

Le chrome est un oligo-élément dont l’organisme a besoin en petites quantités pour un fonctionnement sain. L’hypothalamus est extrêmement important, une partie centrale du système nerveux autonome qui aide à contrôler la température du corps, la soif, la faim, le sommeil et l’activité émotionnelle. Des études ont établi un lien entre le chrome et un fonctionnement plus sain de l’hypothalamus. La recherche suggère qu’il peut aider à garder l’hypothalamus dans un état plus jeune, à mieux réguler l’appétit chez les personnes âgées et à prévenir les effets négatifs du vieillissement sur les neurones du cerveau. (2)

Selon l’USDA, vous trouverez ci-dessous 10 des meilleures sources alimentaires pour obtenir plus de chrome naturellement par votre alimentation : (3)

  • Brocoli
  • Pommes de terre
  • Ail
  • Basilic
  • Bœuf nourri à l’herbe
  • Oranges
  • Dinde
  • Haricots verts
  • Pommes
  • Bananes

Vous pouvez envisager de prendre des suppléments de chrome, mais les avantages de la prise de suppléments de chrome sont encore quelque peu controversés et remis en question par certains experts médicaux, car les études réalisées à ce jour montrent des résultats mitigés. Si vous le pouvez, il est préférable d’obtenir du chrome à partir d’aliments naturels.

Utilisez les huiles essentielles

Les huiles essentielles d’encens et de myrrhe n’ont pas seulement une histoire d’utilisation extrêmement longue qui remonte aux temps bibliques – il a également été démontré qu’elles améliorent la santé du cerveau. Deux composés actifs primaires appelés terpènes et sesquiterpènes sont trouvés dans les huiles essentielles de myrrhe et d’encens. Ces deux composés ont des effets anti-inflammatoires et antioxydants sur l’organisme. (4)

Les sesquiterpènes sont capables de traverser la barrière hémato-encéphalique et de stimuler le système limbique du cerveau et d’autres glandes favorisant la mémoire et la libération des émotions. On a constaté que les sesquiterpènes augmentent l’oxygène autour des sites récepteurs près de l’hypothalamus, de la glande pinéale et de l’hypophyse. Les sesquiterpènes ont également un effet spécifique sur notre centre émotionnel dans l’hypothalamus, nous aidant à rester calme et équilibré.

Il existe de nombreuses façons d’incorporer l’encens et la myrrhe dans votre vie quotidienne. Vous pouvez diffuser les huiles essentielles, les inhaler directement du flacon, ou vous pouvez les mélanger avec une huile porteuse comme le jojoba et appliquer le mélange directement sur la peau.

Acheter vos huiles essentielles d’encens et de myrrhe

Essayez le gatillier (surtout si vous êtes une femme)

Le gatillier, également connu sous le nom d’arbre au poivre, est un supplément à base de plantes hautement acclamé pour sa capacité à aider à équilibrer les hormones féminines. La capacité médicinale du gattilier à affecter positivement les problèmes de santé hormonaux semble être dérivée des composés dopaminergiques présents dans la plante. Comment le gatillier encourage-t-il exactement l’équilibre hormonal ? Bien qu’il ne fournisse pas d’hormones à l’organisme, il agit directement sur l’hypothalamus et les glandes pituitaires. Chez les femmes, il augmente l’hormone lutéinisante, module la prolactine et aide à inhiber la libération de l’hormone folliculo-stimulante, ce qui contribue à équilibrer le rapport progestérone/œstrogène, augmentant légèrement les niveaux de progestérone.

Si vous souffrez d’infertilité et/ou de SPM, le gatillier peut être particulièrement utile. Il est disponible sous de nombreuses formes différentes dans votre magasin de santé local ou en ligne. La baie séchée et mûre est utilisée pour préparer des extraits liquides ou des extraits solides qui sont mis dans des capsules et des comprimés. Si vous n’êtes pas un fan des capsules ou des comprimés, l’extrait liquide est un excellent choix. Vous pouvez aussi facilement trouver l’arbre à poivre sous forme de tisane seul ou combiné avec d’autres herbes qui favorisent l’équilibre hormonal. Vous pouvez aussi commander les baies séchées et faire votre propre teinture mère à la maison.

Acheter maintenant

Mangez des gras sains

En plus du gatillier, il existe de nombreuses autres façons naturelles d’équilibrer vos hormones et d’obtenir un meilleur fonctionnement de l’hypothalamus. L’établissement d’un équilibre hormonal dans votre corps a un effet positif direct sur la fonction de votre hypothalamus ainsi que sur votre hypophyse. Une des meilleures façons d’équilibrer vos hormones par le biais de votre alimentation est de consommer régulièrement des gras sains.

Le cholestérol et les autres matières grasses jouent un rôle fondamental dans la construction des membranes cellulaires et des hormones. Certains types de gras, dont le cholestérol, agissent également comme des antioxydants et des précurseurs de certaines molécules importantes de soutien du cerveau et de neurotransmetteurs. Certaines de mes sources préférées de gras sains et anti-inflammatoires sont l’huile d’olive, l’huile de noix de coco, l’avocat, le beurre d’herbe et le saumon sauvage. La consommation de bons gras comme l’huile d’olive favorise des niveaux sains de cholestérol, ce qui est un aspect essentiel d’une bonne synthèse hormonale. (5)

Dormez suffisamment et réduisez votre stress

Le sommeil est aussi la clé pour garder nos hormones sous contrôle. Le manque de sommeil, l’utilisation à long terme de corticostéroïdes et le stress chronique sont trois des principaux facteurs qui contribuent à des taux élevés de cortisol. Un rapport publié dans l’Indian Journal of Endocrinology and Metabolism indique que « le stress peut entraîner des changements dans le taux sérique de nombreuses hormones, notamment les glucocorticoïdes, les catécholamines, l’hormone de croissance et la prolactine ». (6)

Le cortisol est une hormone glucocorticoïde synthétisée à partir du cholestérol par des enzymes. Aux bons niveaux, il est utile, mais lorsque vous en avez trop, il peut causer des problèmes. Puisque le cortisol est régulé par l’axe hypothalamus-pituitaire-adrénal et que le cortisol est la principale hormone responsable de la réponse au stress, le maintien de la production de cortisol à un niveau sain grâce à un sommeil adéquat et à la réduction du stress est extrêmement utile à la santé de votre hypothalamus (ainsi que de votre hypophyse et de vos glandes surrénales). (7)

Faites de l’exercice régulièrement

Un exercice modéré sur une base régulière est excellent pour votre hypothalamus ainsi que pour tout votre corps. Un certain nombre d’études ont déjà constaté une déficience en acide gamma-amino-butyrique dans l’hypothalamus de sujets animaux hypertendus. Une étude publiée en 2000 a examiné la relation entre l’hypothalamus, l’exercice et l’hypertension chez des sujets animaux.

Dans cette étude, les chercheurs ont constaté que l’exercice chronique a un effet positif sur l’expression génétique et l’activité neuronale dans l’hypothalamus. Sans surprise, ils ont également constaté que l’exercice chronique faisait baisser la tension artérielle chez les animaux hypertendus. Il semble que l’exercice non seulement améliore la santé du cœur, mais aussi celle de l’hypothalamus, et que l’amélioration de ces deux éléments contribue probablement à abaisser la tension artérielle chez les humains comme chez les animaux. (8)

Des études ont également révélé qu’il existe un certain nombre de « mécanismes induits par l’exercice dans l’hypothalamus » qui peuvent contribuer à une fonction métabolique saine ainsi qu’à l’équilibre énergétique. (9)

Qu’est-ce que l’hypothalamus ?

L’hypothalamus est une petite structure dans votre cerveau qui a à peu près la taille d’une amande. Si vous connaissez bien l’anatomie du cerveau, l’hypothalamus est situé sous le thalamus, et il descend du cerveau dans la tige de l’hypophyse, qui est reliée à votre glande pituitaire. L’hypothalamus coordonne l’activité du système nerveux autonome et joue également un rôle important dans le fonctionnement du système endocrinien en raison de sa relation complexe avec l’hypophyse.

L’hypothalamus contient des zones spécialisées conçues pour effectuer un travail spécifique, comme le maintien de nombreuses fonctions physiologiques de base, y compris la température corporelle, la pression sanguine, l’équilibre des fluides et des électrolytes, et la régulation de la digestion. Si tout cela vous semble trop médical ou scientifique, je peux vous donner une définition plus simple de l’hypothalamus : C’est une région du cerveau qui affecte un certain nombre de choses qui sont essentielles à la santé humaine comme la soif, la faim, la température du corps, le sommeil et les émotions.

Comment fonctionne exactement l’hypothalamus dans notre corps ? Il relie nos systèmes endocrinien et nerveux, et l’hypophyse (une autre glande régulatrice clé) reçoit des signaux de l’hypothalamus. L’hypothalamus et l’hypophyse sont reliés par des voies nerveuses et chimiques, et l’hypothalamus produit et sécrète des neurotransmetteurs, des neuropeptides ainsi que plusieurs neurohormones qui affectent la fonction de l’hypophyse antérieure.

L’hypothalamus produit également des hormones (hormone antidiurétique et ocytocine) qui descendent par la tige de l’hypophyse jusqu’au lobe postérieur de la glande pituitaire, où ces hormones sont libérées directement dans la circulation sanguine. Les autres hormones vitales produites dans l’hypothalamus comprennent l’hormone de libération de la corticotrophine, la dopamine, l’hormone de libération de l’hormone de croissance, la somatostatine, l’hormone de libération de la gonadotrophine et l’hormone de libération de la thyrotropine. (10)

L’hypothalamus est également vital pour le bon fonctionnement et la santé de la thyroïde. Les principales hormones produites par la thyroïde sont appelées T4 et T3. Leur production dépend de la capacité de l’hypothalamus à détecter avec précision le besoin de plus d’hormones thyroïdiennes dans la circulation sanguine et à signaler à l’hypophyse qu’elle doit en libérer davantage. L’hormone thyréostimulante est normalement libérée par l’hypophyse en réponse aux changements des niveaux d’hormones thyroïdiennes dans la circulation sanguine, mais si vous souffrez d’hypothyroïdie ou de la maladie de Hashimoto, ce système échoue. Soit il y a trop peu de T4 convertie en T3, soit l’hypothalamus ne signale pas correctement à l’hypophyse, soit l’hypophyse ne libère pas assez d’hormone thyréostimulante après que le signal lui ait été donné.

Dans l’ensemble, l’hypothalamus produit des hormones qui contrôlent : (11)

  • Température du corps
  • Fréquence cardiaque
  • Faim
  • Humeur
  • Libération d’hormones par de nombreuses glandes, en particulier l’hypophyse
  • Appétit sexuel
  • Sommeil
  • Soif

L’hypothalamus aide également à réguler l’appétit et le poids, l’équilibre entre le sel et l’eau, les émotions, la croissance, la naissance des enfants et la production de lait. Comme vous pouvez le constater, l’hypothalamus est essentiel à certaines variables et à certains événements de la vie vraiment essentiels.

Troubles de l’hypothalamus

La chirurgie, les traumatismes crâniens, les radiations et les tumeurs sont les causes les plus fréquentes de dysfonctionnement de l’hypothalamus. Il existe également un certain nombre d’autres causes possibles d’un trouble de l’hypothalamus, notamment : (12)

  • Malnutrition
  • Infections et inflammations
  • Traumatisme crânien
  • Saignement
  • Troubles alimentaires comme l’anorexie et la boulimie
  • Troubles génétiques qui provoquent une accumulation de fer dans le corps

Comment pouvez-vous savoir si vous avez un problème avec votre hypothalamus ? Il existe divers symptômes selon la cause fondamentale, mais certains des signes les plus courants d’un mauvais fonctionnement de l’hypothalamus comprennent un rythme cardiaque lent, une température corporelle basse, ainsi qu’un appétit accru et un gain de poids rapide. Une soif extrême et des mictions fréquentes peuvent également être des signes d’un problème d’hypothalamus ainsi que de diabète insipide.

Certains troubles sont associés à un dysfonctionnement de l’hypothalamus, notamment :

Obésité

De nombreuses études ont établi un lien entre le dysfonctionnement de l’hypothalamus et l’obésité, un excès de poids extrême. Cela n’est pas surprenant puisque nous savons que l’hypothalamus joue un rôle énorme dans le métabolisme et la dépense énergétique. Le terme « obésité hypothalamique » décrit un gain de poids insoluble après une lésion de l’hypothalamus.

Malheureusement, l’obésité hypothalamique peut être une complication pour certains survivants de tumeurs cérébrales, surtout s’ils ont reçu leur diagnostic dans l’enfance. On estime qu’un tiers de tous les survivants d’un craniopharyngiome développent une obésité grave après le diagnostic et le traitement. (13)

Insuffisance surrénalienne

Une fonction surrénalienne faible ou une insuffisance surrénalienne est associée à un dysfonctionnement de l’hypothalamus. L’hypothalamus fait partie de l’axe hypothalamus-pituitaire-adrénal et joue un rôle important dans l’insuffisance surrénalienne. Dans des circonstances idéales, l’hypothalamus envoie à l’hypophyse des « hormones de libération » afin de contrôler la production d’hormones sexuelles, la thyroïde et les fonctions surrénales. L’hypophyse a alors la tâche de communiquer avec les glandes surrénales, en leur envoyant l’hormone stimulante appelée adrénocorticotrophine qui est censée déclencher la production d’hormones surrénales.

Habituellement, les glandes surrénales font leur travail, produisant des niveaux appropriés de cortisol et d’autres hormones, et l’hypophyse et l’hypothalamus reçoivent le message – mais chez les personnes souffrant d’insuffisance surrénale, toutes les lignes de communication sont coupées. Les symptômes de l’insuffisance surrénalienne peuvent comprendre des étourdissements ou de la faiblesse.

Céphalées en grappes

Des études récentes ont montré que l’hypothalamus est stimulé lors d’une attaque de céphalée en grappe. Une étude menée en 2013 en Chine a détecté une augmentation significative de la corrélation fonctionnelle avec l’hypothalamus droit chez les patients souffrant de céphalées en grappe pendant les périodes de céphalées en grappe aiguës spontanées « en crise » par rapport à ceux qui sont en période « hors crise ». Les chercheurs ont conclu que les patients souffrant de céphalées en grappe présentent un dysfonctionnement de la connectivité des fonctions cérébrales, principalement dans les régions du cerveau qui sont liées au traitement de la douleur. (14)

Les autres problèmes de santé associés au dysfonctionnement hypothalamique sont les suivants :

  • Tumeurs du cerveau
  • Hypothyroïdie et maladie de Hashimoto
  • Hypopituitarisme
  • Déficience gonadique ou défaillance secondaire
  • Déficience en hormone de croissance
  • Hypogonadisme masculin secondaire

Les changements hormonaux affectent l’hypothalamus, qui contrôle la température du corps, et cela mène à la plainte courante de « bouffées de chaleur » rapportées par les femmes en ménopause. De plus, si vous êtes une femme qui souffre d’infertilité, cela peut être dû au syndrome des ovaires polykystiques, qui est lié à une mauvaise fonction de l’hypothalamus.

Précautions concernant la fonction de l’hypothalamus

Pour déterminer si vous avez un problème de fonctionnement de l’hypothalamus, votre médecin effectuera probablement un examen physique et vous demandera quels sont vos symptômes. Des analyses de sang ou d’urine seront probablement aussi effectuées pour évaluer vos taux d’hormones.

Si votre médecin détermine que vous avez des carences hormonales, un médicament de remplacement hormonal sera probablement recommandé. Assurez-vous de vous renseigner sur les effets secondaires de tout médicament. De plus, assurez-vous de faire ce que vous pouvez pour équilibrer naturellement les hormones.

Faites toujours preuve de prudence lorsque vous utilisez des huiles essentielles, surtout si vous avez la peau sensible. Cessez de les utiliser si des réactions négatives surviennent. Faites toujours un test sur une petite surface avant d’appliquer une huile sur toute la peau pour vous assurer que vous n’avez pas de réaction allergique.

Si vous avez un problème médical ou si vous prenez des médicaments, consultez votre médecin avant de commencer tout nouveau traitement naturel.

Réflexions finales sur la fonction de l’hypothalamus

L’hypothalamus est une glande assez oubliée ou inconnue pour la plupart des gens, mais c’est vraiment un aspect de notre anatomie qui joue un rôle majeur dans notre santé à tout moment. Si l’hypothalamus ne fonctionne pas correctement, il y a tellement de choses qui peuvent mal tourner.

Ensemble, la fonction de l’hypothalamus et la fonction hypophysaire régulent tous les processus liés à notre survie globale. Il est à espérer qu’une meilleure compréhension de l’hypothalamus vous aidera à comprendre pourquoi le fait d’encourager la santé de cette glande peut vraiment contribuer à améliorer votre santé générale et à prévenir un grand nombre de problèmes de santé graves qui peuvent être évités.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s