Traitement et remèdes naturels de la maladie de Parkinson – en 5 étapes

La maladie de Parkinson est une maladie dégénérative du système nerveux qui entraîne une perte de mouvement intentionnel et une altération des fonctions motrices. Les symptômes de la maladie de Parkinson affectent les mouvements naturels et fluides du corps et peuvent rendre difficile l’exécution des tâches quotidiennes comme parler correctement, marcher, avaler et dormir.

Dans la maladie de Parkinson, la région du cerveau qui contrôle les mouvements musculaires reçoit moins de dopamine que d’habitude. La dopamine est une substance chimique importante, nécessaire non seulement pour coordonner les mouvements corporels appropriés, mais aussi pour des choses comme l’apprentissage, l’augmentation de la motivation et la régulation des humeurs. C’est l’une des raisons pour lesquelles la dépression et les autres changements d’humeur affectent souvent les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Quelles sont les causes de la maladie de Parkinson et peut-on la guérir ? Il n’y a pas de cause spécifique connue, mais certains facteurs aggravants comprennent l’exposition à certains produits chimiques et à l’eau toxique, ainsi que l’inflammation du cerveau. Bien qu’il n’y ait pas de remède à la maladie de Parkinson (la maladie est à la fois chronique et progressive), il existe des médicaments pour stimuler la dopamine dans le cerveau et aider à gérer les symptômes.

Une étude menée en 2016 par des chercheurs de l’Université de la Saskatchewan a également trouvé un moyen possible d’arrêter la progression de la maladie de Parkinson. Les chercheurs ont créé des composés chimiques à base de caféine – qui contiennent également de la nicotine, de la metformine et de l’aminoindan – qui empêchent le mauvais pliage de l’alpha-synucléine, une protéine nécessaire à la régulation de la dopamine. (1)

En ce qui concerne l’efficacité des médicaments et des médicaments traditionnels, il arrive souvent qu’avec le temps, les symptômes de la maladie de Parkinson cessent de réagir. C’est pourquoi il est très important de prendre des mesures supplémentaires pour ralentir la progression des symptômes, idéalement dans les premiers stades de la maladie. Vous trouverez ci-dessous des moyens naturels d’y parvenir, y compris des remèdes contre la maladie de Parkinson comme un régime anti-inflammatoire et l’exercice – qui peuvent tous deux améliorer efficacement cette affection difficile.

Qu’est-ce que la maladie de Parkinson ?

La maladie de Parkinson est un trouble neurologique chronique et dégénératif qui touche le plus souvent les personnes âgées, et plus souvent les hommes que les femmes. (2) On croit qu’elle est causée par une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux.

Les caractéristiques de la maladie de Parkinson comprennent les tremblements, la raideur musculaire, le manque d’équilibre et la difficulté à marcher. Bien que les symptômes varient d’une personne à l’autre, avec le temps, des tâches simples – comme s’habiller le matin ou aller au travail – peuvent souvent devenir une corvée.

Comme la maladie de Parkinson est une affection chronique, les symptômes persistent généralement sur une longue période et progressent également avec l’âge. Chaque patient atteint de la maladie de Parkinson est différent, de sorte qu’il est courant d’éprouver des niveaux variables de différents symptômes. C’est pourquoi certains patients répondent mieux à certains traitements naturels que d’autres.

Symptômes et signes avant-coureurs de la maladie de Parkinson

Les symptômes de la maladie de Parkinson se divisent en deux grandes catégories : ceux qui sont liés aux fonctions motrices et ceux qui sont liés aux changements d’humeur d’une personne. Les quatre signes et symptômes les plus courants de la maladie de Parkinson sont les suivants : (3)

  • Tremblements : Cela se présente généralement dans les bras, la mâchoire, les jambes et le visage.
  • Rigidité : La plupart des patients ressentent une raideur au niveau du tronc, des bras et des jambes.
  • Bradykinésie : C’est le terme utilisé pour désigner la lenteur du mouvement. Certains patients font une pause ou se figent lorsqu’ils bougent sans pouvoir recommencer, et d’autres commencent à traîner les pieds lorsqu’ils essaient de marcher.
  • Instabilité posturale (mauvaise posture) : Cela se traduit par une perte de force, une perte d’équilibre et des problèmes avec les muscles en mouvement ou la coordination des parties du corps.

D’autres symptômes peuvent également se manifester, qui ont souvent un impact sur l’humeur et les autres comportements de la personne :

  • Dépression et fatigue
  • Problèmes urinaires
  • Difficulté à parler ou à manger normalement
  • Problèmes digestifs, y compris la constipation
  • Difficulté à dormir
  • Problèmes de peau
  • Changements de voix
  • Dysfonctionnement sexuel

Facteurs de risque et causes de la maladie de Parkinson

Il n’y a pas une seule cause de la maladie de Parkinson qui a été prouvée à ce jour. Les chercheurs croient que la perte du neurotransmetteur dopamine, les dommages neurologiques, l’inflammation et la détérioration des cellules du cerveau sont parmi les principaux facteurs qui déclenchent le développement de la maladie de Parkinson. Mais pourquoi exactement les patients développent-ils ces problèmes est une question complexe qui reste à débattre.

Ce que l’on sait, c’est que certains facteurs de risque peuvent rendre une personne plus susceptible de développer la maladie de Parkinson, notamment : (4)

  • Être un homme, surtout à un âge avancé. Les recherches suggèrent que les hommes dans la cinquantaine et la soixantaine sont les plus susceptibles de développer la maladie de Parkinson.
  • La susceptibilité génétique : Des études ont maintenant identifié plusieurs mutations génétiques qui peuvent augmenter le risque. On a également constaté que la maladie de Parkinson est héréditaire et que le fait d’avoir un frère, une sœur ou un parent augmente le risque.
  • Dommage à la région du cerveau appelée « substantia nigra », qui produit les cellules cérébrales responsables de la fabrication de la dopamine.
  • Toxicité et exposition aux produits chimiques, y compris les pesticides présents sur les produits de l’agriculture non biologique. Vivre en milieu rural et boire de l’eau de puits qui pourrait contenir des produits chimiques est un autre facteur de risque environnemental.
  • Une mauvaise alimentation, des carences en nutriments, des allergies alimentaires et un mode de vie malsain.
  • Les déséquilibres hormonaux et autres problèmes médicaux qui affectent la santé cognitive et augmentent l’inflammation.

Traitement conventionnel de la maladie de Parkinson

Bien qu’ils ne soient pas la seule option, les médicaments pharmaceutiques peuvent être utilisés pour aider à stabiliser l’humeur d’un patient atteint de la maladie de Parkinson et à améliorer le contrôle moteur. Les traitements de la maladie de Parkinson peuvent être classés en trois catégories générales : (5)

  • Les traitements symptomatiques : ils comprennent des produits pharmaceutiques tels que la lévodopa (L-dopa), l’inosine et la carbidopa, qui augmentent la production de dopamine dans le cerveau. Des médicaments moins courants qui sont aussi parfois utilisés pour contrôler les symptômes comprennent la bromocriptine, le pramipexole et le ropinirole.
  • Les traitements neuro-protecteurs : Ils peuvent inclure des chirurgies telles que la stimulation cérébrale profonde ou l’ablation de tissus.
  • Stratégies basées sur la guérison : Elles sont encore à l’étude et représentent l’avenir des traitements de la maladie de Parkinson. Les dernières recherches montrent que les traitements naturels de la maladie de Parkinson, décrits ci-dessous, peuvent grandement aider à réduire le risque et à améliorer la qualité de vie des patients atteints de la maladie.
  • En particulier, un essai clinique publié en 2018 a montré que les résultats comportementaux sont meilleurs chez les jeunes patients qui sont traités par stimulation cérébrale profonde traditionnelle avec des médicaments qu’avec des médicaments seuls. Sur les 251 participants, 124 ont été assignés pour recevoir une thérapie médicale plus une stimulation subthalamique bilatérale. Au cours de la période de suivi de deux ans, la dose de médicaments a diminué de 39 %. De plus, les fluctuations neuropsychiatriques (ou les troubles de l’humeur) ont diminué chez ce groupe. Sur les 124 participants qui ont reçu uniquement une thérapie médicale, la dose de médicaments a augmenté de 21 % et les troubles de l’humeur n’ont pas changé. (6)

Alors que nous discutons encore de la stimulation cérébrale profonde, une étude clinique de 2017 a souligné que la stimulation cérébrale profonde adaptative pourrait être plus efficace, plus efficace et plus spécifique que la stimulation cérébrale profonde traditionnelle. Selon l’étude, « la stimulation cérébrale profonde adaptative utilise la rétroaction sur l’état des circuits neuronaux pour contrôler la stimulation plutôt que de délivrer une stimulation fixe en permanence, comme c’est le cas actuellement ». L’activité de la stimulation cérébrale profonde adaptative et traditionnelle est supprimée dans le noyau subthalamique du cerveau, la stimulation cérébrale profonde adaptative atteint une plus grande suppression en raison de sa durée d’éclatement plus courte. (7)

Les 5 étapes des traitements naturels de la maladie de Parkinson

Étape 1 : Les meilleurs aliments pour traiter la maladie de Parkinson

Il est important pour les patients atteints de la maladie de Parkinson de manger des aliments complets, un régime alimentaire riche en nutriments qui comprend beaucoup de fruits et de légumes biologiques frais et des viandes de haute qualité. Le retrait des aliments transformés et de ceux qui contiennent des agents de conservation, des ingrédients synthétiques et d’autres produits chimiques est également très bénéfique.

Pour améliorer cette maladie, commencez par un régime alimentaire sain pour la maladie de Parkinson qui comprend les aliments suivants

  • Les aliments crus : Les fruits et légumes crus fournissent des antioxydants qui aident à réduire les dommages causés par les radicaux libres et à diminuer l’inflammation.
  • Aliments riches en fibres : La constipation est fréquente chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, alors assurez-vous de manger beaucoup de fibres et de rester suffisamment hydraté pour aider à améliorer les fonctions intestinales.
  • Lipides sains : La consommation de lipides sains peut favoriser la santé neurologique et aider à prévenir la détérioration de l’humeur. Ajoutez des aliments comme le poisson pêché à l’état sauvage, l’avocat, la noix de coco, le beurre et les noix ou graines germées comme les noix et le lin.
  • Huiles pressées à froid : L’huile d’olive utilisée comme sauce à salade peut fournir de la vitamine E essentielle, qui agit comme un antioxydant. L’huile de noix de coco et l’huile de palme sont également des huiles bénéfiques à inclure dans votre alimentation puisqu’elles ont des effets anti-inflammatoires.
  • Les aliments oméga-3 : Un apport accru en oméga-3 peut aider à élever les niveaux de dopamine et à réduire l’inflammation. Concentrez-vous sur la consommation de fruits de mer sauvages plusieurs fois par semaine, ainsi que sur la consommation de noix et de graines dans votre alimentation.
  • Jus de légumes frais : Ceux-ci aident à fournir les vitamines et minéraux essentiels. Les jus frais sont également hydratants et peuvent aider à soulager la constipation.
  • Consommer des protéines au souper seulement : Il a été démontré que le fait de maintenir des niveaux de protéines modérés tout au long de la journée aide à réduire les symptômes de la maladie de Parkinson. (8)
  • Thé vert : Le thé vert contient des polyphénols antioxydants qui aident à combattre les radicaux libres. Il contient également de la théanine, qui élève les niveaux de dopamine dans le cerveau. Essayez d’en boire trois tasses par jour pour en tirer le plus de bienfaits.
  • De nombreuses personnes bénéficient également de l’élimination complète des grains.

Étape 2 : Les aliments à éviter qui peuvent aggraver la maladie de Parkinson

  • Trop de protéines : Réduire l’apport en protéines peut améliorer les symptômes de la maladie de Parkinson.
  • Les aliments transformés : Les toxines et les additifs présents dans ces aliments peuvent aggraver la maladie de Parkinson. Les éliminer dès le plus jeune âge est également une mesure préventive qui réduit le risque d’autres maladies liées à l’âge.
  • Édulcorants artificiels et sucre ajouté : Ils sont considérés comme toxiques et peuvent aggraver les symptômes de la maladie de Parkinson.
  • L’alcool : Peut perturber le fonctionnement neurologique et contribuer aux changements d’humeur ou aux complications.
  • Tout allergène alimentaire potentiel : Les allergies alimentaires peuvent exacerber les symptômes de la maladie de Parkinson en aggravant la santé intestinale et l’inflammation. Commencez par limiter les allergènes courants qui comprennent le gluten, les produits laitiers, les crustacés et les arachides.

Étape 3 : Suppléments et huiles essentielles pour la maladie de Parkinson

  • Coenzyme Q10 (1 200 milligrammes par jour) : Un puissant antioxydant qui peut aider à ralentir la progression de la maladie de Parkinson. Des études ont montré que de très faibles niveaux de coenzyme Q10 dans le cerveau et le sang des patients atteints de la maladie de Parkinson. Les mitochondries sont responsables de la production d’énergie pour nos cellules, mais pendant la production, un sous-produit des électrons est créé. Lorsque ces électrons s’échappent de la cellule, ils sont connus sous le nom de radicaux libres qui sont responsables des dommages oxydatifs au cerveau et sont liés aux problèmes cognitifs. Pour combattre ces dommages, chaque cellule du corps contient un puissant antioxydant appelé coenzyme Q10, mais les personnes ayant un niveau élevé de dommages oxydatifs peuvent se permettre d’en consommer encore plus. Acheter maintenant
  • Vitamine C (750 milligrammes, 4 fois par jour) : Peut être utilisée comme antioxydant pour prévenir les dommages causés par les radicaux libres. Favorise également une forte fonction immunitaire. Acheter maitenant
  • Vitamine E (400 UI par jour) : Un important antioxydant qui renforce le cerveau. Acheter maintenant
  • Supplément de poudre de légumes verts : Assurez-vous que la formule comprend de la spiruline, de la chlorelle ou de l’herbe de blé pour fournir des minéraux essentiels et aider à la détoxication. Acheter maintenant
  • Huile de poisson oméga-3 (1 000 milligrammes par jour) : Aide à réduire l’inflammation et favorise la santé neurologique. Acheter maintenant
  • Vitamine D : Pour maintenir la santé des os, assurez-vous que votre régime alimentaire comprend beaucoup de calcium et de vitamine D. Les personnes de plus de 50 ans devraient consommer 1 500 milligrammes de calcium par jour ainsi qu’au moins 800 UI de vitamine D (provenant du soleil, des aliments et des suppléments). Acheter maintenant
  • Les huiles essentielles contre la maladie de Parkinson : L’utilisation des huiles essentielles peut réduire et calmer efficacement certains des symptômes associés à la maladie de Parkinson, comme la dépression, les troubles du sommeil, l’inflammation de la peau et les problèmes digestifs. Il a été démontré que l’huile essentielle d’immortelle (Acheter) et l’huile essentielle d’encens (Acheter) réduisent l’inflammation du cerveau, et l’huile essentielle de vétiver (Acheter) réduit les tremblements. Frottez 2 gouttes d’huiles essentielles d’encens, d’immortelle et de vétiver sur les tempes et le cou deux fois par jour ou mettez 2 gouttes d’huile essentielle d’encens sur le palais.

Étape 4 : Exercices et autres remèdes de mouvement pour la maladie de Parkinson

L’école de médecine de l’Université de Washington rapporte que l’exercice est le premier élément du traitement de la maladie de Parkinson. (9) Bien que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ne soient pas toujours capables de faire de sport comme elles le faisaient avant la maladie, des études ont en fait révélé que la plupart d’entre elles peuvent conserver la capacité de participer à de nombreuses formes d’exercice tout aussi bien que les sujets d’âge correspondant qui ne sont pas atteints de la maladie. Chez les personnes qui pourraient être à risque pour la maladie de Parkinson mais qui n’ont pas encore développé de symptômes, la recherche suggère que « l’exercice au milieu de la vie réduit de façon significative le risque ultérieur de démence et d’autres déficiences cognitives légères ». (10)

De nombreuses études montrent maintenant que l’exercice semble avoir de nombreux mécanismes anti-inflammatoires, antidépresseurs et neuroprotecteurs qui améliorent la santé cognitive. Des études sur les animaux ont révélé de nombreux effets protecteurs liés à l’exercice, notamment une réduction des neurotoxines dopaminergiques, une amélioration des facteurs neurotrophiques du cerveau et une meilleure neuroplasticité.

Bougez avec prudence

La maladie de Parkinson peut perturber le sens de l’équilibre et rendre difficile la marche avec une démarche normale. Voici des conseils qui peuvent rendre les mouvements plus sûrs et un peu plus faciles :

  • Essayez de ne pas vous déplacer trop rapidement et envisagez d’utiliser une canne ou un dispositif de soutien au besoin.
  • Lorsque vous marchez, essayez de vous assurer que votre talon touche le sol en premier.
  • Si vous vous trouvez en train de traîner les pieds, arrêtez-vous et ajustez votre posture.
  • Regardez droit devant vous lorsque vous marchez, et non pas au sol. Lorsque vous vous retournez, résistez à la tendance de pivoter sur vos pieds. Faites plutôt demi-tour.
  • Essayez d’éviter de vous pencher ou de vous étendre et gardez votre centre de gravité au-dessus de vos pieds.

Étirez-vous pour éviter les muscles raides

Des exercices doux et des étirements facilitent les tâches quotidiennes. Ils peuvent également aider à réduire la raideur, la douleur et la souffrance. Voici une séquence simple en quatre étapes que vous pouvez faire quotidiennement pour rester détendu et prévenir les spasmes ou la douleur musculaires :

  1. Tenez-vous à 20 cm d’un mur et tendez les bras vers le haut. Placez vos mains sur le mur pour garder l’équilibre et étirez vos bras et votre dos.
  2. Ensuite, tournez-vous et placez votre dos contre le mur pour garder l’équilibre. Marchez doucement sur place, en levant les genoux le plus haut possible.
  3. Assis sur une chaise, placez vos bras derrière la chaise, en ramenant vos épaules le plus loin possible. Soulevez la tête vers le plafond en vous étirant.
  4. De la chaise, piétinez vos pieds de haut en bas tout en ramenant vos bras d’avant en arrière sur les côtés.

Pratiquez des exercices corps-esprit comme le tai-chi

Le tai chi est l’art martial chinois qui consiste en des mouvements lents et rythmés. Les recherches menées par le département de médecine de réadaptation de l’hôpital West China montrent que chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, le tai chi est excellent pour maintenir la force et l’équilibre, réduire les risques de chute et peut également aider à soulager l’anxiété ou la dépression. (11)

Longtemps recommandée comme moyen pour les personnes âgées de rester actives et en forme, la recherche suggère maintenant qu’elle peut aider à gérer les symptômes de la maladie de Parkinson en améliorant l’amplitude des mouvements, l’équilibre et la concentration. Une heure de tai chi deux fois par semaine est recommandée pour aider à la stabilité, à la coordination et à des tâches comme la marche.

Participer à l’aquagym

Les difficultés d’équilibre, la perte musculaire, le déclin de la force et la raideur peuvent rendre les exercices traditionnels difficiles. L’aquagym peut avoir les mêmes avantages que les autres types d’exercices classiques sans risque de chute.

Une étude publiée dans le Journal of Physical Therapy Science a montré que les personnes âgées qui pratiquaient des sports nautiques présentaient une augmentation significative de la force des jambes, une meilleure récupération de l’équilibre après une chute, une amélioration significative des modèles de démarche et une diminution du risque de blessures futures dues à une chute. (12) Assurez-vous d’utiliser l’extrémité peu profonde de la piscine pour éviter les accidents, et essayez de faire venir un ami pour plus de motivation et de soutien. Se joindre à un cours de groupe peut être bénéfique pour le soutien émotionnel et la motivation supplémentaire.

Étape 5 : Essayez l’acupuncture

Selon le Groupe de recherche sur les maladies neurodégénératives du King’s College de Londres, des recherches récentes ont montré que l’acupuncture peut soulager les symptômes de la maladie de Parkinson en générant une réponse neurale dans les zones du cerveau particulièrement touchées par l’inflammation, comme le putamen et le thalamus.

L’acupuncture est utilisée depuis des siècles pour aider à réduire la douleur, l’anxiété, l’insomnie et la raideur. Il est maintenant suggéré qu’elle peut même aider à ralentir la mort cellulaire et à atténuer le stress oxydatif qui cause des dommages aux neurones dopaminergiques dans la substantia nigra. (13)

Précautions à prendre dans le traitement de la maladie de Parkinson

Les traitements naturels mentionnés ci-dessus ne peuvent pas garantir qu’une personne est protégée contre la maladie de Parkinson, ni contrôler tous les symptômes de la maladie chez tous les patients. Malheureusement, en raison de l’imprévisibilité des symptômes de la maladie de Parkinson, elle rend souvent la maladie difficile à diagnostiquer et à traiter dans de nombreux cas.

Si vous commencez à remarquer des changements graduels dans le contrôle de vos mouvements et dans votre humeur, il serait peut-être sage de parler de vos symptômes avec un médecin, surtout si des troubles cognitifs sont présents dans votre famille.

Points clés pour traiter naturellement la maladie de Parkinson

Les symptômes de la maladie de Parkinson comprennent des tremblements, une perte d’équilibre, un ralentissement des mouvements, des changements d’humeur, une mauvaise posture et un manque de contrôle moteur.
Les causes de la maladie de Parkinson comprennent des niveaux élevés d’inflammation, la détérioration des cellules du cerveau, de faibles niveaux de dopamine, une exposition élevée aux pesticides/toxines et peut-être des facteurs génétiques.

5 traitements naturels pour aider à gérer les symptômes de la maladie de Parkinson :

  1. Manger sainement
  2. La prise de suppléments tels que la coenzyme Q10, les vitamines C, D et E et l’huile de poisson
  3. Participer à la physiothérapie et à l’ergothérapie
  4. Exercices et étirements
  5. Utilisation des huiles essentielles et des pratiques corps-esprit pour aider à gérer le stress

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s