Santé - Cerveau

10 symptômes de commotion cérébrale mettant la vie en danger

Dans un passé pas si lointain, les entraîneurs disaient souvent aux athlètes de « marcher » après qu’une collision ou une chute les ait laissés groggy ou étourdis. Les symptômes de la commotion cérébrale étaient souvent écartés ou ignorés. L’odeur des sels était fréquente sur la ligne de touche. Il est effrayant de penser au nombre d’athlètes qui ont été renvoyés sur le terrain avec une blessure au cerveau.

Aujourd’hui, nous reconnaissons que ces symptômes peuvent être le premier signe d’une commotion cérébrale. Les commotions cérébrales sont beaucoup plus répandues que beaucoup d’entre nous ne le réalisent et peuvent être graves si elles ne sont pas correctement évaluées par les professionnels de la santé.

Selon les chercheurs du Centre de recherche sur les lésions cérébrales de l’Université de Californie, entre 1,6 et 3,8 millions de commotions cérébrales liées à la pratique d’un sport se produisent chaque année aux États-Unis. Les athlètes à l’adolescence semblent être statistiquement les plus nombreux à faire l’objet d’un diagnostic. (1)

Les sports de contact comme le rugby, le football américain, le hockey sur glace et la lutte sont ceux qui sont le plus souvent associés aux commotions cérébrales chez les athlètes masculins, tandis que le football, le basket-ball, les pom-pom girls et le hockey sur glace sont associés aux lésions cérébrales chez les athlètes féminines. Un sondage récemment publié auprès de 13 000 élèves du premier cycle du secondaire et du secondaire a mis en lumière l’ampleur troublante des commotions cérébrales chez les jeunes athlètes.

Ce rapport montre que 14 % des personnes interrogées ont reçu un diagnostic de commotion cérébrale et, fait encore plus inquiétant, près de 6 % ont reçu un diagnostic de plus d’une commotion cérébrale. (2) Pour les milliers de jeunes athlètes d’aujourd’hui, une commotion cérébrale sur un jeune cerveau en développement peut avoir des conséquences importantes à long terme – surtout pour ceux qui en subissent plus d’une. En fait, une autre étude récente a révélé que les adolescents qui subissent des commotions cérébrales multiples courent un risque accru de développer la sclérose en plaques. (3)

De nouvelles recherches permettent également de mettre au point des protocoles de traitement appropriés pour les athlètes féminines. Les chercheurs ont découvert que les femmes se remettent d’une commotion cérébrale beaucoup plus lentement que leurs homologues masculins. En fait, les données indiquent que le temps de récupération moyen des femmes est de 28 jours, ce qui contraste énormément avec les 11 jours des hommes. Les auteurs de l’étude publiée dans le Journal of the American Osteopathic Association recommandent également d’approfondir les recherches afin de déterminer pourquoi. (4)

Les chercheurs ne s’entendent pas sur les raisons pour lesquelles les femmes ont besoin d’une récupération plus longue et, dans un article publié dans Scientific American, plusieurs spécialistes des commotions cérébrales évoquent des raisons allant du moment où la blessure survient pendant le cycle menstruel à la taille plus petite du cou et à des problèmes de stabilité visuelle à la suite d’une blessure. (5)

Les parents doivent s’informer des protocoles de commotion cérébrale avant de permettre toute participation. Il est impératif de connaître les premiers signes et symptômes d’une lésion cérébrale, que vous soyez un athlète, un entraîneur ou un parent. (6)

Sur le terrain ou sur le court, une collision frontale, un mouvement de type coup du lapin ou le fait que la tête touche le sol peuvent tous causer un traumatisme crânien, et les commotions cérébrales sont techniquement considérées comme un traumatisme crânien léger ou une lésion cérébrale traumatique. Après un coup ou une collision, s’il y a perte de conscience, confusion, maux de tête, étourdissements ou perte temporaire de mémoire, des soins médicaux d’urgence sont nécessaires. Vous pourriez être capable de « marcher » sur un muscle endolori, mais pas sur une lésion cérébrale.

Qu’est-ce qu’une commotion cérébrale ?

Une commotion cérébrale est un type de lésion cérébrale traumatique qui affecte la fonction et la santé du cerveau. Bien que certaines personnes perdent conscience même brièvement après un coup à la tête, vous pouvez avoir une commotion cérébrale même si vous n’avez pas perdu conscience. (7)

Les premières 24 heures après une lésion cérébrale traumatique, même légère, sont importantes. Bien que la grande majorité des personnes qui subissent une commotion cérébrale se rétablissent en quelques jours ou semaines, il existe des complications graves – et potentiellement mortelles – pour lesquelles les patients doivent être surveillés. Ces complications comprennent les hématomes sous-duraux, les hématomes épiduraux, l’œdème et l’ontusion. (8)

Pour comprendre la nécessité absolue d’une évaluation médicale, il est important de réaliser ce qui se passe réellement dans le cerveau pendant le traumatisme. Les traumatismes par objet contondant amènent le cerveau à frapper physiquement l’intérieur du crâne au point d’impact, puis à rebondir en frappant le côté opposé. Cela peut causer des ecchymoses au cerveau, une contusion et un saignement. (9)

Selon les Centers for Disease Control (CDC), les traumatismes crâniens sont la principale cause d’invalidité et de décès chez les enfants et les adolescents ; deux groupes d’âge sont les plus à risque – 0 à 4 ans et 15 à 19 ans. (10) Comme nous l’avons mentionné, pour le groupe plus âgé, les sports de compétition sont les coupables, mais pour les nourrissons et les tout-petits, les traumatismes crâniens sont souvent le résultat de chutes, d’accidents de véhicules ou de mauvais traitements physiques.

Pour le reste de la population, 50 % des commotions cérébrales sont le résultat d’accidents de voiture, les chutes, les sports et les agressions constituant le reste. La consommation ou l’abus d’alcool et de drogues est considéré comme un facteur contributif majeur, selon la Harvard Medical School. (11)

Le port d’un équipement de sécurité approprié, notamment le port de la ceinture de sécurité dans un véhicule et le port du casque lors de la pratique d’un sport, peut aider à prévenir les lésions cérébrales ; cependant, il n’existe pas de casque parfait sur le marché. S’il y en avait un, les commotions cérébrales ne seraient pas aussi préoccupantes pour les sports où l’équipement utilisé est à la fine pointe de la technologie et où les poursuites pour lésions cérébrales sont de plus en plus nombreuses. (12)

Signes et symptômes d’une commotion cérébrale

Après un coup à la tête, un coup du lapin, un accident de voiture, une agression ou une chute, il est important de réaliser que les symptômes de commotion cérébrale peuvent ne pas apparaître pendant des heures ou même des jours après l’événement.

Les symptômes de commotion cérébrale chez les adultes en santé

Les signes les plus courants d’une commotion cérébrale chez les adultes en bonne santé sont les suivants : (13)

  • Perte de conscience temporaire
  • Mal de tête
  • Sensation de pression dans la tête
  • Bourdonnements dans les oreilles
  • Confusion ou brouillard cérébral
  • Perte de mémoire entourant l’événement
  • Nausées ou vomissements
  • Difficultés d’élocution
  • Fatigue
  • Réponse retardée aux stimuli
  • Apparence étourdie
  • Changements d’humeur et de personnalité, y compris l’irritabilité et la dépression
  • Sensibilité au bruit et à la lumière directe

Symptômes de commotion cérébrale chez les athlètes adolescents et les adolescents

Comme le cerveau de chacun est différent, et que le type et la gravité du traumatisme sont différents, il est important de comprendre et d’être capable de reconnaître les symptômes de commotion cérébrale dans les différents groupes d’âge. Pour les adolescents et les athlètes adolescents, les symptômes les plus couramment reconnus sont les suivants : (14)

  • Brève perte de conscience
  • Mauvais souvenir des événements avant ou après le choc ou la chute
  • Sembler étourdi et stupéfait
  • Confusion
  • Signes de maladresse non caractéristiques
  • Changements de personnalité, y compris une irritabilité extrême, l’anxiété, l’agressivité et la colère
  • Mal de tête
  • Douleur au cou
  • Nausées ou vomissements
  • Vertiges ou étourdissements
  • Changements dans les sens, y compris l’ouïe, la vision, l’odorat et le goût
  • Fatigue
  • Incapacité de conserver les nouveaux renseignements
  • Temps de réaction lent aux ordres ou aux stimuli

Le syndrome du second impact est le résultat d’une seconde lésion cérébrale avant qu’une lésion cérébrale précédente ne soit guérie. Cela peut entraîner une congestion vasculaire cérébrale, un gonflement cérébral et peut entraîner la mort. Les athlètes enfants et adolescents sont les plus à risque de cette grave complication de commotion cérébrale. (15)

En tant que parent, il est impératif que vous gardiez un œil sur votre enfant s’il reçoit un coup à la tête et qu’on diagnostique une commotion cérébrale ; parfois, les jeunes athlètes peuvent mentir et dire qu’ils ne présentent pas de symptômes afin de pouvoir retourner à leur équipe. Il est essentiel de noter les changements de personnalité, y compris la colère et la dépression, ainsi que tout signe de mauvaise mémoire ou de mémoire défaillante. Il peut s’agir de signes que le cerveau n’a pas encore complètement guéri.

Symptômes de commotion cérébrale chez les personnes âgées

Pour les personnes âgées parmi nous, les lésions cérébrales sont une préoccupation importante, car les recherches montrent que les personnes âgées courent un risque accru de complications graves, potentiellement mortelles, y compris une hémorragie intracrânienne à la suite d’une commotion cérébrale, même légère. Un dysfonctionnement cognitif, psychosocial et physique à long terme est possible et des recherches récentes montrent que les lésions cérébrales peuvent déclencher l’apparition prématurée de la maladie d’Alzheimer et de la maladie de Parkinson. (16)

La dépression est fréquente et on a constaté que le rétablissement était moins bon, en particulier dans la communauté des personnes âgées. Un grand nombre des symptômes courants d’une commotion cérébrale chez les adultes et les adolescents en santé sont considérés chez les personnes âgées comme des signes de vieillissement naturel ou de démence. Il est donc plus difficile de diagnostiquer correctement une lésion cérébrale. Si une personne âgée a récemment fait une chute et que l’un des signes est noté, un examen médical est justifié.

  • Des ecchymoses inexplicables
  • Inconscience
  • Confusion et désorientation
  • Changements émotionnels non caractéristiques, y compris la dépression, l’anxiété ou même le vertige.
  • Étourdissements et maladresses
  • Mal de tête
  • Changements de vision
  • Difficulté à se souvenir de nouvelles informations

Symptômes de commotion cérébrale chez les nourrissons et les tout-petits

Le CDC, comme mentionné ci-dessus, identifie les lésions cérébrales traumatiques comme la principale cause d’invalidité et de décès chez les adolescents et les personnes âgées de 0 à 4 ans. Les principales causes de commotions cérébrales chez les nourrissons et les tout-petits sont les chutes, les accidents de voiture et la violence physique. Comme il leur est impossible de communiquer verbalement la douleur et les symptômes qu’ils ressentent, la surveillance des signes suivants peut vous aider à identifier une commotion cérébrale ou une lésion cérébrale plus grave due au syndrome du bébé secoué : (17)

  • Pleurs quand la tête bouge
  • Pleurs excessifs sans raison apparente
  • Changements de comportement, y compris une irritabilité extrême
  • Perte d’intérêt dans les jouets et les activités
  • Changements dans les habitudes de sommeil
  • Vomissements ou nausées
  • Bosses ou ecchymoses sur la tête
  • Maladresse ou trébuchement pour les marcheurs
  • Respiration laborieuse, difficulté à reprendre son souffle
  • Faible appétit
  • Tremblements
  • Crises d’épilepsie

Une note spéciale sur le syndrome du bébé secoué :

Il s’agit d’une lésion cérébrale qui survient chez un petit enfant ou un nourrisson en raison de secousses excessives. Soyez attentif aux symptômes car ils peuvent imiter ceux d’une commotion cérébrale mineure. En plus des symptômes de commotion cérébrale mentionnés ci-dessus, les saignements dans l’œil ainsi que les dommages physiques au cou ou aux côtes sont courants. Si vous soupçonnez qu’un jeune enfant a été secoué et qu’il présente l’un ou l’autre de ces signes, demandez immédiatement des soins médicaux d’urgence. (18)

Symptômes de commotion cérébrale mettant la vie en danger

Dans de rares cas, des hématomes peuvent se former sur le cerveau. Appelez le 112 immédiatement si l’un des signes de danger suivants apparaît : (19)

  • Une pupille devient plus grande que l’autre
  • Le patient ne peut pas être réveillé
  • Somnolence excessive
  • Difficultés d’élocution
  • Faiblesse sévère des muscles
  • Engourdissement n’importe où sur le corps
  • Diminution de la coordination
  • Vomissements répétés
  • Convulsions
  • Crises

Traitement conventionnel des commotions cérébrales

En cas de perte de conscience, consultez immédiatement un médecin. La perte de conscience peut ne pas se produire après un traumatisme physique à la tête, mais les autres symptômes de commotion cérébrale mentionnés ci-dessus nécessitent un examen médical approfondi. Pour établir un diagnostic, le médecin s’informera des détails entourant la blessure, des symptômes qui ont été ressentis immédiatement et de ceux qui ont été rencontrés pendant l’examen.

L’équipe médicale voudra également savoir s’il y a eu d’autres traumatismes crâniens dans le passé et si le patient prend des médicaments et des suppléments à base de plantes. Préparez-vous à subir des tests pour les réflexes, l’équilibre, la mémoire et la façon dont les yeux réagissent à la lumière. Dans certains cas, un tomodensitogramme ou une IRM peut être demandé.

Si l’examen détermine une commotion cérébrale, les patients autrement en bonne santé sont généralement renvoyés chez eux avec des instructions très précises. Assurez-vous de suivre correctement les conseils du médecin. Les directives standard comprennent : (20)

  • Rester éveillé pendant 12 à 24 heures, ou être réveillé toutes les 90 minutes à deux heures.
  • Surveillance étroite de l’état mental.
  • Signes de léthargie extrême.
  • Repos physique et mental ; cela signifie s’abstenir de lire, de regarder la télévision ou d’utiliser un appareil numérique, ainsi que de faire des activités physiques comme des exercices modérés ou vigoureux.
  • Éviter toutes les activités qui pourraient causer d’autres blessures à la tête.
  • Consultez un spécialiste des commotions cérébrales comme un neurochirurgien ou un neurologue, surtout s’il ne s’agit pas de la première commotion cérébrale subie.
  • Alors que les symptômes d’une commotion cérébrale légère se dissipent souvent en quelques jours ou semaines, les commotions plus graves nécessitent plus de temps pour guérir. Comme mentionné ci-dessus, les femmes ont tendance à avoir besoin de 28 jours pour se rétablir, tandis que les hommes n’ont besoin que de 11 jours pour se rétablir. Il est important de communiquer tout symptôme persistant à votre médecin superviseur et au spécialiste des commotions cérébrales.

Les athlètes devraient obtenir l’autorisation de leur équipe médicale avant de s’engager dans des sports de contact ou des exercices vigoureux. Il en va de même pour les personnes dont l’emploi exige de conduire ou de faire fonctionner de l’équipement lourd, de monter sur des échelles ou des échafaudages, ou d’exercer d’autres activités qui exigent un équilibre optimal.

Pour les personnes âgées, particulièrement celles qui vivent seules, une surveillance à l’hôpital ou dans un établissement de soins peut être justifiée pour s’assurer que des complications mettant la vie en danger ne surviennent pas.

6 façons naturelles de stimuler la récupération après une commotion cérébrale

  1. S’engager dans une activité légère à modérée.
  2. Évitez la technologie.
  3. Diffusez de l’huile essentielle de lavande.
  4. Faire de la musicothérapie.
  5. Dormir suffisamment.
  6. Alimentation saine et hydratation.

Puisque les symptômes de commotion cérébrale de la majorité des personnes atteintes d’une commotion cérébrale légère s’atténueront dans les jours ou les semaines qui suivent, le traitement des symptômes par des traitements naturels peut atténuer l’inconfort.

S’engager dans une activité légère à modérée.

Dans les premiers jours suivant la commotion, suivez les directives d’activité établies par le médecin. Cependant, une étude récente a montré que l’incorporation d’un exercice léger à modéré dans les sept jours suivant la blessure peut réduire le risque de développer des symptômes post-commotion cérébrale persistants. Plus de 3 000 enfants et adolescents âgés de 5 à 18 ans ont participé à cette étude. Bien que des activités spécifiques et leur durée n’aient pas été identifiées, commencer par une activité légère et progresser vers une activité plus modérée peut être bénéfique pour la santé à long terme – tant qu’aucun nouveau symptôme n’apparaît (et que les anciens symptômes ne s’aggravent pas). (21)

Au début de la récupération, les choix sécuritaires peuvent comprendre la marche, le yoga, le pilates et des exercices aérobiques légers menant à un retour à l’entraînement sans contact et à des activités aérobiques plus rigoureuses comme l’entraînement par intervalles à haute intensité à mesure que le cerveau et le corps continuent de guérir.

Évitez la technologie

Pendant que le cerveau guérit, le repos mental est aussi important que le repos physique. Évitez les ordinateurs, les jeux vidéo, la télévision et la lecture, car le contraste de la lumière et du mouvement, ainsi que la fonction cognitive requise, peuvent entraîner le retour ou l’aggravation des symptômes, selon la Clinique Mayo et un large éventail d’autres recherches. (22, 23)

Réintroduire la technologie lentement, et si de nouveaux symptômes apparaissent ou si les anciens symptômes s’aggravent, cesser immédiatement l’activité. Il peut être très difficile de tenir les enfants et les adolescents éloignés de leur ordinateur, de leurs tablettes et de leur téléphone, mais c’est essentiel à la guérison. En fait, des études montrent que le repos du cerveau est associé à un rétablissement complet et que ceux qui limitent leurs fonctions cognitives peuvent guérir en deux fois moins de temps. (24)

Diffusez de l’huile essentielle de lavande

Les maux de tête sont un symptôme courant qui peut persister pendant des jours ou des semaines. Pour traiter un mal de tête en toute sécurité, diffusez de l’huile essentielle de lavande de haute qualité et inhalez profondément. Une étude publiée dans la revue European Neurology a montré que l’inhalation d’huile essentielle de lavande est sûre et efficace pour les maux de tête et les migraines. De plus, la lavande est bien connue pour aider à induire la relaxation tout en soulageant l’anxiété et la dépression. (25)

Acheter maintenant

Essayez la musicothérapie

Pour réduire le stress, l’ennui et pour détourner l’attention des symptômes désagréables, la musicothérapie peut aider, selon les recherches de l’école de médecine de l’Université de Wake Forest. Les chercheurs ont découvert que la musique est apaisante pour les enfants comme pour les adultes et qu’elle améliore en fait la qualité de vie des patients en augmentant le confort et la relaxation. Bien sûr, la musique qui apaise mais qui ne donne pas d’énergie est préférée pendant la guérison. (26)

Dormez suffisamment

En plus du repos physique et cognitif, le sommeil réel est vital pour permettre au cerveau de bien guérir. Dans une étude à double aveugle publiée dans la revue Pharmacology Biochemistry and Behavior, la racine de valériane améliore la qualité du sommeil. En fait, dans cette étude, 44 % des participants ont déclaré un « sommeil parfait », tandis que 89 % ont déclaré un « sommeil amélioré ». (27)

La racine de valériane peut causer des effets secondaires chez certaines personnes, y compris des maux de tête et des étourdissements, alors surveillez attentivement après la première dose. Cependant, elle est généralement considérée comme sûre pour les adultes. Consultez votre médecin avant de la donner aux enfants. Pour favoriser la relaxation et le sommeil, sirotez une tasse de tisane avant de vous coucher ou prenez une teinture mère selon les recommandations.

Adoptez une alimentation saine et restez hydraté

Pendant la guérison d’une blessure traumatique, il est impératif de rester hydraté et de suivre un régime alimentaire équilibré. Siroter des tisanes tout au long de la journée ou même de l’eau de coco peut améliorer le niveau d’hydratation et maintenir le fonctionnement du corps, même au repos. Évitez les aliments transformés et les collations salées, car il est plus difficile de transformer et de libérer les produits chimiques et le sodium du corps pendant le repos physique.

Privilégiez plutôt les collations saines. Pour les repas, assurez-vous d’inclure des aliments riches en oméga-3 qui se sont avérés utiles pour traiter la dépression tout en favorisant un fonctionnement sain du cerveau.

Causes de commotion cérébrale et facteurs de risque

Le traumatisme physique au cerveau est le résultat d’un impact, d’un changement de mouvement ou d’un changement soudain d’élan qui fait littéralement que le cerveau entre en contact avec le crâne et rebondit. Les traumatismes courants qui peuvent causer une commotion cérébrale sont les suivants : (28)

  • Coup direct sur la tête
  • Chute sur une surface dure
  • Blessures par balle
  • Secouage violent de la tête
  • Coup du lapin

Les facteurs de risque reconnus comprennent :

  • Pratiquer des sports de contact comme le hockey, le football, le rugby, le football américain, le basket-ball et le cheerleading.
  • Les sports individuels de compétition comme le cyclisme, la lutte, certaines disciplines d’arts martiaux et la boxe.
  • La consommation et l’abus de drogues et d’alcool.
  • L’utilisation inappropriée de l’équipement de sécurité dans les sports.
  • L’utilisation incorrecte des ceintures de sécurité.
  • Être victime de violence familiale ou de violence à l’égard des personnes âgées.

Précautions à prendre en cas de commotion cérébrale

Les lésions cérébrales répétées sont associées à l’encéphalopathie traumatique chronique. Les joueurs de football et de hockey professionnels sont souvent atteints de cette maladie progressive et dégénérative. Cette maladie chronique produit des symptômes qui changent la vie, notamment l’anxiété, les pensées et les gestes suicidaires, la colère explosive et la dépression. (29)

De plus, la recherche montre que les lésions traumatiques cérébrales légères et les commotions cérébrales sont associées à un risque accru de développer prématurément la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson. Il peut être nécessaire de protéger le cerveau contre les blessures répétées en portant l’équipement de protection approprié, ou même en cessant de pratiquer des sports de compétition, pour prévenir les incapacités à long terme. (30)

Points clés sur les commotions cérébrales

  • 20 % des adolescents et des adolescentes signalent un ou plusieurs diagnostics de commotion cérébrale.
  • Les traumatismes crâniens sont la principale cause d’invalidité et de décès chez les enfants et les adolescents.
  • Les commotions cérébrales surviennent lorsque le cerveau frappe l’intérieur du crâne et rebondit contre l’autre côté, ce qui entraîne des ecchymoses et la mort des tissus.
  • Les personnes âgées sont les plus à risque de développer des complications graves et potentiellement mortelles.
  • Les symptômes varient grandement d’une personne à l’autre, de même que la gravité de la blessure et l’état de santé général avant la blessure. Les symptômes de commotion cérébrale les plus courants sont la perte de conscience, les maux de tête, les vertiges et les troubles de l’équilibre.
  • Le cerveau doit disposer de suffisamment de temps pour guérir. La guérison exige un repos physique et mental.

10 symptômes de commotion cérébrale mettant la vie en danger

  1. Une pupille devient plus grande que l’autre
  2. Le patient ne peut pas être réveillé
  3. Somnolence excessive
  4. Difficultés d’élocution
  5. Faiblesse sévère des muscles
  6. Engourdissement n’importe où sur le corps
  7. Diminution de la coordination
  8. Vomissements répétés
  9. Convulsions
  10. Crises

6 façons naturelles de stimuler la récupération après une commotion cérébrale

  1. S’engager dans une activité légère à modérée.
  2. Évitez la technologie.
  3. Diffusez de l’huile essentielle de lavande.
  4. Essayez la musicothérapie.
  5. Dormez suffisamment.
  6. Adoptez une alimentation saine et restez hydraté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s