La vérité sur les huiles essentielles phototoxiques

En regardant par la fenêtre, vous voyez que c’est une autre belle journée d’été ! Vous prévoyez sentir la chaleur des rayons du soleil d’été sur votre tête lorsque vous passez l’après-midi avec vos amis qui viennent partager le thé avec vous dans votre beau jardin fleuri. Avant de quitter la maison, vous souriez en appliquant votre nouveau parfum préféré d’huile essentielle d’agrumes sur votre gorge et vos poignets, sans même considérer la possibilité d’huiles essentielles phototoxiques. Comme vous aimez l’odeur de bergamote et de citron vert. Tellement joyeux. C’est si édifiant.

orange-1995056_1920.jpg

Le thé et la compagnie sont délicieux. Le soir, lorsque vous réfléchissez à votre journée parfaite, vous remarquez que l’intérieur de vos poignets a une bande rose foncé sur eux. Votre gorge commence à vous démanger. Vous vous regardez dans le miroir et vous voyez des rayures rouge foncé avec quelques petites ampoules sur la gorge. Aucun coup de soleil ailleurs. Pourquoi là ? Soudain, votre parfum n’est plus aussi joli et exaltant.

Réactions phototoxiques aux huiles essentielles

Il s’agit d’un type de réaction de photosensibilité connue sous le nom de réaction phototoxique. Bien qu’une poignée d’huiles essentielles puissent provoquer des réactions photoallergiques, elles sont extrêmement rares, alors que tout le monde doit prendre des mesures pour éviter la phototoxicité.

La phototoxicité se produit lorsque certains constituants chimiques se lient à l’ADN de la peau et réagissent ensuite avec la lumière UV, tuant les cellules et endommageant les tissus. Les brûlures phototoxiques peuvent se manifester de 1 à 24 heures après une exposition au soleil ou aux UV, y compris les lits de bronzage, causer des brûlures du premier au troisième degré, et la décoloration qui en résulte peut durer jusqu’à plusieurs mois. Les réactions phototoxiques ont également plusieurs autres noms, y compris la dermatite de margarita, puisqu’on peut avoir la même chose en coupant des citrons verts frais ou en entrant en contact avec du jus de citron vert frais avant l’exposition au soleil ou aux UV.

Huiles essentielles phototoxiques

Bien que les huiles d’agrumes soient assez bien connues pour provoquer des réactions phototoxiques, ce n’est pas si simple. Les huiles essentielles d’agrumes pressées ou exprimées à froid ont tendance à contenir davantage de constituants phototoxiques, alors que leurs homologues distillées à la vapeur ne le font pas. Certains agrumes exprimés sont hautement phototoxiques (p. ex., bergamote ou citron vert), tandis que d’autres sont relativement sûrs en soi (p. ex., orange douce ou mandarine). Cependant, lorsque vous les mélangez, vous augmentez votre risque phototoxique, ce qui rend les choses un peu plus compliquées. En dehors des agrumes, une poignée d’autres huiles sont connues pour être phototoxiques et il y en a encore quelques-unes où le risque phototoxique est encore inconnu.

Huiles essentielles (HE) phototoxiques connues et absolus

  • Angélique – racine (Angelica glauca) HE
  • Bergamote (Citrus bergamia) HE
  • Citron exprimé (Citrus limon) HE
  • Citron vert exprimé (Citrus aurantifolia) HE
  • Cumin (Cuminum cyminum) HE
  • Mandarine – feuille (Citrus reticulata) HE
  • Orange amère exprimée (Citrus x aurantium) HE
  • Pamplemousse exprimé (Citrus paradisi) HE
  • Rue (Ruta graveolens) HE
  • Tagète des décombres (Tagetes minuta) HE ou absolut
  • Verveine citronnée (Aloysia triphylla) HE
  • Vigne – feuilles (Ficus carica) Absolu

Huiles essentielles d’agrumes non phototoxiques (ou à risque négligeable)

  • Bergamote sans bergaptène (Citrus bergamia)
  • Citron distillé à la vapeur – écorce (Citrus limon) HE
  • Citron distillé à la vapeur – feuille (Citrus limon) HE
  • Citron vert distillée à la vapeur (Citrus aurantifolia) HE
  • Mandarine – écorce (Citrus reticulata) HE
  • Néroli (fleur d’oranger) (Citrus x aurantium) HE
  • Orange douce ou sanguine (Citrus sinensis) HE
  • Pamplemousse distillé à la vapeur (Citrus paradisi) HE
  • Petitgrain bigarade (feuille orange) (Citrus x aurantium) HE
  • Yuzu (Citrus junos) HE

La vérité sur les huiles essentielles phototoxiques et leur utilisation en toute sécurité

Il existe plusieurs options pour éviter ce type de coup de soleil grave. L’inhalation et la plupart des formes d’usage interne sont à l’abri des risques phototoxiques, donc l’utilisation d’un diffuseur, d’un bâtonnet aromatique ou d’un bijou aromatique peut apporter un bénéfice thérapeutique tout l’été.

Personnellement, j’évite simplement d’utiliser de la bergamote ou du citron vert exprimés par voie topique, bien que je les utilise beaucoup dans les mélanges pour inhalation. L’utilisation topique dans des produits de lavage, comme le savon moussant et le shampooing, qui sont complètement rincés de la peau, est considérée comme une technique sécuritaire.

Si l’usage topique est nécessaire, il y a quelques stratégies qui peuvent être employées.

  • Dans la mesure du possible, utiliser des versions non phototoxiques des huiles, par exemple du citron vert distillé à la vapeur plutôt que du citron vert exprimé.
  • Couvrir toute la peau affectée et la protéger du soleil ou des UV jusqu’à 24 heures après l’application de l’huile essentielle.
  • Diluer les huiles essentielles à un niveau sécuritaire, tel qu’établi dans Sécurité des huiles essentielles, 2e édition (Tisserand & Young, 2014). N’oubliez pas que dès que vous avez plus d’une huile contenant des constituants phototoxiques, ce qui inclut des huiles à risque négligeable comme l’orange douce et la mandarine, votre niveau de sécurité de dilution diminue.
  • Il est plus facile d’utiliser des huiles non phototoxiques ou de ne pas les utiliser topiquement.

Niveaux de dilution sûrs pour les huiles essentielles

  • Angélique – racine (Angelica glauca) HE : 0,8 %
  • Bergamote (Citrus bergamia) HE : 0,4 %
  • Citron exprimé (Citrus limon) HE : 2 %
  • Citron vert exprimé (Citrus aurantifolia) HE : 0,7 %
  • Cumin (Cuminum cyminum) HE : 0,4 %
  • Mandarine – feuille (Citrus reticulata) HE : 0,17 %
  • Orange amère exprimée (Citrus x aurantium) HE : 1,25 %
  • Pamplemousse exprimé (Citrus paradisi) HE : 4 %
  • Rue (Ruta graveolens) HE : 0,15 %
  • Tagète des décombres (Tagetes minuta) HE ou absolut : 0,01 %
  • Verveine citronnée (Aloysia triphylla) HE : pas de niveau sûr
  • Vigne – feuilles (Ficus carica) Absolu : pas de niveau sûr

Tisserand et Young recommandent d’utiliser 4 gouttes au total de toute combinaison d’huiles essentielles d’agrumes par 30 ml d’huile végétale comme règle empirique générale sécuritaire (Tisserand et Young, 2014).

Une dernière mise en garde

Assurez-vous de vérifier la présence de ces huiles dans les synergies non diluées pré-mélangées que vous pouvez acheter auprès de votre fournisseur préféré. Si des ingrédients phototoxiques sont présents, traitez le mélange comme s’il était phototoxique, à moins que vous ne sachiez du fournisseur que les huiles ont été diluées à un niveau sécuritaire dans la synergie.

Bien que les réactions phototoxiques soient assez rares, il est toujours préférable d’être du bon côté et de suivre les mesures de précaution.

lime-2133091_1920.jpg

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s