Akathisie + 4 façons d'aider à gérer les symptômes

Vous ne pouvez pas rester assis ? C’est peut-être juste de l’énergie nerveuse ou quelque chose de plus grave comme une akathisie. L’akathisie est un problème assez courant qui peut contribuer à des problèmes de comportement dans les milieux psychiatriques/les services hospitaliers, à des problèmes d’observance du traitement et à des effets secondaires chez les patients traités pour un cancer. Elle peut même être une cause sous-jacente de pensées suicidaires, puisqu’elle a tendance à aggraver la dépression et l’anxiété.

Les symptômes de l’akathisie comprennent habituellement des sentiments intenses de détresse intérieure et parfois l’incapacité totale de rester assis en raison d’une « agitation psychomotrice ». Même si la plupart des personnes atteintes d’akathisie éprouvent des sentiments similaires de malaise intense, on croit toujours que cette affection est négligée ou sous-diagnostiquée par de nombreux médecins, en plus d’être sous-déclarée par de nombreux patients.

Lorsque la cause sous-jacente de l’akathisie d’une personne n’est pas identifiée – comme l’utilisation de certains médicaments ou le retrait de médicaments – cela ne fait qu’exacerber l’état parce que le médicament incriminé est généralement maintenu ou même augmenté.

Qu’est-ce que l’akathisie ?

L’akathisie est un type de trouble du mouvement consistant en « une difficulté à rester immobile et un sentiment subjectif d’agitation ». Le mot akathisie a des origines grecques et se traduit par « ne pas s’asseoir » ou « incapacité à s’asseoir ». (1) Cette maladie est le plus souvent un effet secondaire de la prise de certains neuroleptiques, psychotiques et psychotropes, bien qu’un certain nombre d’autres médicaments puissent également provoquer une akathisie.

Il peut être difficile de diagnostiquer l’akathisie parce que les symptômes ressemblent et peuvent chevaucher les symptômes causés par de nombreux autres troubles psychiatriques – tels que la dépression, le trouble bipolaire (maniaco-dépression), la psychose et le TDAH.

Combien de temps dure habituellement l’akathisie ? Elle peut être aiguë ou chronique. Elle dure généralement moins de six mois, bien que certaines personnes qui ne reçoivent pas de traitement pour la cause sous-jacente puissent ressentir les symptômes de l’akathisie plus longtemps.

Signes et symptômes de l’akathisie

L’akathisie affecte le contrôle moteur et les fonctions cognitives. Elle est plus susceptible d’affecter le mouvement du tronc, des mains, des jambes et des bras. Les signes et les symptômes les plus courants de l’akathisie sont les suivants : (2)

  • Agitation et « malaise mental »
  • Incapacité de rester immobile, rythme, compulsions et désir de mouvement constant (surtout des jambes, qui peuvent être confondues avec le syndrome des jambes sans repos)
  • Mouvements répétitifs, tels que se balancer ou croiser les jambes, se déplacer, se balancer, traîner les pieds, faire les cent pas de façon continue ou remuer constamment
  • Colère, rage et agitation
  • Perturbations du comportement (parfois appelées impulsivité induite par l’akathisie)
  • Symptômes de dépression et d’anxiété et, dans les cas graves, pensées/comportements suicidaires
  • La nervosité, la peur, et un « sentiment d’effroi » général
  • Difficulté à dormir
  • Nausées, perte d’appétit et parfois perte de poids
  • Cognition ralentie
  • Aggravation des symptômes psychotiques et des symptômes associés à la « folie » (dans certains cas, l’akathisie a été le fondement d’une défense de folie par des personnes qui ont été accusées d’avoir commis un crime ou un acte violent)

La dyskinésie tardive (parfois appelée akathisie tardive) est une pathologie similaire à l’akathisie, bien que les deux présentent de légères différences. Alors que l’akathisie implique des mouvements volontaires (ce qui signifie que vous les contrôlez et que vous choisissez de bouger pour soulager une envie que vous avez), la dyskinésie tardive est un « trouble du mouvement involontaire caractérisé par des mouvements répétitifs sans but », en particulier les mouvements du visage, de la bouche et des membres. (3) Si vous souffrez d’akathisie, vous pouvez être prédisposé à développer une dyskinésie tardive. En d’autres termes, l’akathisie peut évoluer vers une dyskinésie tardive, mais pas toujours. (4)

Quelle est la cause de l’akathisie ? + Facteurs de risque

Il existe plusieurs théories différentes concernant la cause sous-jacente de l’akathisie. Certains experts croient qu’elle est causée par des perturbations des taux de sérotonine et/ou de dopamine. Ceci est lié à un déséquilibre entre les systèmes dopaminergiques/cholinergiques et dopaminergiques/sérotoninergiques. D’autres croient qu’il résulte d’une surstimulation de certaines parties du cerveau, en particulier le locus ceruleus.

Les facteurs de risque d’akathisie peuvent inclure :

  • La prise de certains médicaments non-neuroleptiques, en particulier des antipsychotiques ou des antiémétiques. L’akathisie est plus susceptible de se produire lorsqu’un nouveau médicament est pris ou que la dose est augmentée. D’autres médicaments peuvent également déclencher l’akathisie (voir ci-dessous).
  • Avoir des antécédents d’épisodes d’akathisie.
  • Antécédents de dépression, d’anxiété ou d’autres troubles de l’humeur.
  • Expérience de sevrage après la prise d’antipsychotiques.
  • Cesser d’utiliser des stimulants, comme ceux utilisés pour traiter le trouble de déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH).
  • Avoir un trouble lié à la consommation de substances, en particulier de cocaïne.
  • Vous suivez une chimiothérapie, surtout si vous prenez du métoclopramide ou de la prochlorpérazine.
  • Traumatisme ou lésion cérébrale, pouvant inclure une commotion cérébrale.
  • Avoir une prédisposition génétique ou des antécédents familiaux d’akathisie.
  • Avoir des carences en nutriments, comme une carence en fer et en vitamine D. (5)
  • Être un jeune adulte, puisque les jeunes sont plus touchés par l’akathisie que les adultes plus âgés. (6)

Quels médicaments peuvent causer l’akathisie ?
L’akathisie peut être un effet secondaire de la prise de divers médicaments antipsychotiques, antiémétiques et antidépresseurs. Elle est aussi couramment observée chez les personnes qui suivent des traitements anticancéreux, y compris la chimiothérapie ; un rapport publié dans l’American Journal of Psychiatry indique que chez les patients cancéreux qui suivent une chimiothérapie, environ 50 % des patients atteignent le seuil diagnostique de l’akathisie. (7)

La liste des médicaments qui causent l’akathisie s’est allongée au cours des dernières décennies. Elle comprend maintenant les médicaments et les drogues qui causent l’akathisie : (8)

  • Des antiémétiques : Métoclopramide, prochlorpérazine, dompéridone. Les taux de prévalence signalés varient considérablement, mais ils suggèrent qu’entre 5 et 36 % des personnes qui utilisent ces drogues présenteront des symptômes d’akathisie. (9)
  • Des antidépresseurs : Tricycliques, inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS ; y compris la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline), la venlafaxine et la néfazodone. Des pensées suicidaires et des tentatives de suicide ont été rapportées chez certains patients utilisant la fluoxétine, le dropéridol et le métoclopramide, c’est pourquoi on avertit les patients de parler à leur médecin immédiatement s’ils souffrent de dépression et d’anxiété intense.
  • Bloqueurs des canaux calciques : Cinnarizine, flunarizine (antagonistes H1), diltiazem.
  • Agents antivertigineux.
  • Sédatifs et médicaments préopératoires (utilisés avant la chirurgie).
  • Médicaments, utilisés pour contrôler les symptômes de la maladie de Parkinson comme la perte de contrôle moteur et la dépression.
  • Médicaments anticonvulsifs.
  • Autres médicaments, y compris : Méthyldopa, lévodopa et agonistes de la dopamine, orthopramides et benzamides, carbonate de lithium et buspirone.
  • Sevrage après la consommation de cocaïne.

Certains de ces médicaments, en particulier les antidépresseurs, sont largement prescrits et peuvent causer de nombreux effets indésirables – comme des changements dans l’appétit, le sommeil, les niveaux d’énergie et le poids corporel. Non seulement la prise de certains médicaments psychotropes peut causer des effets secondaires physiques et/ou mentaux indésirables comme l’akathisie, mais une fois qu’elle est vécue, elle devient une cause de mauvaise observance de la part des usagers. Parce qu’une personne peut vouloir cesser de prendre tout médicament qui la rend malade, de nombreux patients atteints d’akathisie d’origine médicamenteuse cesseront de prendre leurs médicaments même lorsqu’ils se sentiront mieux, ce qui peut les placer dans une situation difficile.

Traitement conventionnel contre l’akathasie

Un diagnostic rapide et une prise en charge de l’akathisie dès les premiers stades sont importants pour éviter qu’elle ne s’aggrave. De nombreux médecins utilisent l’échelle d’évaluation de l’akathisie de Barnes pour faciliter la détection et l’évaluation de l’akathisie.
Si l’akathisie est causée par certains médicaments, la première chose qu’un médecin fera sera d’ajuster le dosage ou le type de médicament du patient.
Si un patient semble présenter des symptômes d’akathisie, il est recommandé que son médecin vérifie d’abord si un nouveau médicament a été introduit récemment ou si la dose des médicaments utilisés a été augmentée.

L’akathisie d’origine médicamenteuse peut être confirmée si le patient arrête de prendre ses médicaments et se sent immédiatement mieux.
L’akathisie est-elle réversible ? Oui, elle est généralement associée au traitement et devrait diminuer en quelques mois. Mais un problème est que de nombreuses personnes souffrant d’akathisie ne signalent pas leurs symptômes à leur médecin. Par exemple, le même rapport de l’American Journal of Psychiatry mentionné ci-dessus a révélé que 75 % des patients cancéreux atteints d’akathisie ont déclaré qu’ils n’auraient pas signalé leurs symptômes à leur médecin s’ils n’avaient pas participé à l’étude.

La raison pour laquelle l’akathisie n’est pas mentionnée est que les patients semblent avoir de la difficulté à reconnaître et à expliquer ce qu’ils ressentent, surtout s’ils ont une maladie mentale, s’ils luttent contre une maladie chronique ou s’ils se remettent d’une chirurgie, d’une maladie ou d’un traumatisme. Dans ces situations, le patient peut penser qu’il est normal de se sentir très anxieux, agité et mal à l’aise.

4 façons d’aider à gérer l’akathisie

Discutez de vos médicaments avec votre médecin et signalez les symptômes dès que possible

Parlez à votre médecin de tous les médicaments que vous prenez actuellement, en particulier de ceux que vous avez récemment pris ou que vous soupçonnez de prendre pour contribuer à votre problème. Si vous présentez des symptômes d’akathisie, en particulier une dépression ou des pensées suicidaires, n’attendez pas pour obtenir de l’aide. Tout médicament en cause devrait être arrêté ou réduit le plus tôt possible. Cependant, il est préférable d’être surveillé en cours de route pour prévenir les effets secondaires soudains associés à l’arrêt de votre médicament.

Si vous ne pouvez pas arrêter de prendre un médicament en particulier ou si vos symptômes persistent après avoir modifié la posologie, votre médecin pourrait vous prescrire d’autres médicaments pour vous aider. Il peut s’agir du propranolol, d’autres bêta-bloquants lipophiles, de benzodiazépines, de médicaments contre la maladie de Parkinson, y compris l’amantadine, ou d’antidépresseurs comme la mirtazapine ou la trazodone. L’objectif est d’utiliser ces médicaments pour aider à contrôler la tension artérielle, réduire les symptômes d’akathisie et limiter les effets secondaires que les autres médicaments psychotropes ont tendance à provoquer.

Aider à prévenir la dépression et l’anxiété

Pour aider à prévenir ou à gérer les troubles de l’humeur qui peuvent accroître votre risque d’akathisie, en particulier l’anxiété et la dépression, essayez ces remèdes naturels :

  • Rencontrez un conseiller ou un médecin qui offre une thérapie cognitivo-comportementale (TCC). La TCC est utile pour identifier et modifier les pensées troublantes qui peuvent mener à des comportements destructeurs. Des études ont montré que la thérapie et les interventions comportementales peuvent être utiles pour réduire les facteurs de risque d’akathisie et les symptômes une fois qu’ils ont commencé. (10) Vous pouvez tirer le meilleur parti de la thérapie en restant ouvert aux suggestions de votre thérapeute, en étant ouvert et honnête au sujet de vos sentiments, en tenant un journal de vos sentiments et en obtenant le soutien de votre famille et de vos amis (peut-être même en les faisant participer aux séances de thérapie).
  • Faites de l’exercice régulièrement, surtout à l’extérieur. Essayez de faire une promenade à l’extérieur tous les jours, peu importe la température ou la période de l’année, pour rester en contact avec la nature, les saisons et les éléments qui vous entourent. Essayez de faire de 30 à 90 minutes par jour de tout exercice que vous aimez pour stimuler votre humeur naturellement.
  • Dormez suffisamment et accordez-vous du temps dans votre journée pour vous reposer et vous détendre.
  • Prenez le temps de jouer et de vous relaxer en vous adonnant à des passe-temps qui augmentent votre bonheur.
  • Adoptez une alimentation saine. Votre régime alimentaire peut grandement affecter la production d’hormones, les fonctions des neurotransmetteurs, l’énergie et d’autres processus qui influencent votre humeur générale. Parmi les meilleurs aliments pour combattre l’anxiété, la dépression et l’inflammation, on retrouve : les gras sains (comme la noix de coco, les produits laitiers crus et les viandes nourries à l’herbe), les aliments protéinés (œufs de poule élevées sans cage, poisson sauvage, viande nourrie à l’herbe et volaille élevée en pâturage), les légumes et les fruits, les aliments riches en fibres (noix et graines, comme le lin, le chia, le chanvre et les graines de citrouille, les céréales anciennes et les haricots/les légumineuses).
  • Limitez votre consommation de sucre, de céréales transformées, d’huiles végétales raffinées, d’alcool et de caféine.
  • Joignez-vous à un groupe de soutien ou à un cours de thérapie de groupe pour établir des liens avec d’autres personnes qui vivent la même chose et recevoir de précieux conseils d’autres personnes qui se sont rétablies.
  • Ne consommez pas de drogues récréatives, y compris la cocaïne ou l’alcool, et n’abusez pas de médicaments sur ordonnance. Obtenez l’aide d’un conseiller ou d’un thérapeute si vous avez un problème d’abus de drogues ou d’alcool.
  • Prenez des acides gras oméga-3 ou de l’huile de poisson, qui peuvent aider à réduire les symptômes de la dépression et l’inflammation. Le millepertuis (Hypericum perforatum) est un autre antidépresseur naturel qui peut être utile pour se sentir plus calme et avoir un bon sommeil.

Pratiquez la gestion du stress

La prévention est vraiment le meilleur traitement naturel de l’akathisie. Ne pas avoir à prendre de médicaments à risque est la meilleure façon de prévenir les effets indésirables. Ce n’est peut-être pas toujours sous votre contrôle, mais vous pouvez réduire les risques de devoir prendre des médicaments psychotropes en prenant des mesures pour gérer le stress dans votre vie. Voici quelques pratiques de réduction du stress qui pourraient vous aider :

  • Donnez la priorité à un sommeil et un repos suffisants chaque nuit, environ sept à neuf heures. Si vous avez de la difficulté à dormir à cause du stress ou de l’anxiété, essayez d’utiliser des aides naturelles au sommeil comme la prise d’un supplément de magnésium, la lecture ou la tenue d’un journal, l’exercice pendant la journée et l’utilisation d’huiles essentielles comme la lavande, la bergamote, l’ylang ylang et la camomille. Les huiles essentielles peuvent être utilisées sous la douche, inhalées/utilisées pour l’aromathérapie ou appliquées sur la peau pour favoriser la relaxation et réduire la tension musculaire.
  • Prenez des herbes adaptogènes naturelles à base de plantes, y compris le ginseng, le basilic sacré, l’ashwagandha et le rhodiola, qui aident à contrôler la réponse du corps au stress, à réduire le cortisol, à améliorer l’énergie/la concentration et à équilibrer les hormones de diverses façons. Le kava est toujours utile pour combattre l’anxiété.
  • Gardez votre calme et organisez-vous tout au long de la journée en créant un agenda quotidien pour vous aider à gérer le stress.
  • Essayez la méditation, les étirements, le yoga et les exercices de respiration.
  • Faites une sieste si vous vous sentez débordé ou fatigué.
  • Consultez un acupuncteur ou un massothérapeute.

Traitez les symptômes comme la nausée et l’agitation

Voici quelques conseils qui peuvent être utiles pour traiter les symptômes de l’akathisie comme les nausées, la perte d’appétit, l’agitation ou les spasmes musculaires :

  • Prenez un supplément de vitamine B6. Lorsqu’elle est prise en fortes doses, la vitamine B6 peut aider à soulager naturellement les symptômes de l’akathisie en raison de son effet sur les systèmes de neurotransmetteurs. Une étude clinique a révélé que lorsque les adultes souffrant d’akathisie aiguë étaient traités avec 600 milligrammes de vitamine B6 par jour, ils montraient une amélioration significative de la conscience subjective de l’agitation et de la détresse, comparativement à un groupe placebo. (11)
  • Prenez un supplément de magnésium, qui peut vous aider à vous calmer et à réduire les contractions musculaires ou autres symptômes semblables à ceux causés par le syndrome des jambes sans repos.
  • Assurez-vous de ne pas avoir une carence en fer ou en vitamine D. Mangez des aliments riches en fer et exposez-vous au soleil à l’extérieur pour augmenter votre taux de vitamine D.
  • Prenez de l’air frais en marchant à l’extérieur et en gardant vos fenêtres ouvertes. Essayez de garder votre maison fraîche, propre et organisée.
  • Assurez-vous que votre chambre à coucher est sombre et fraîche afin d’obtenir un sommeil de qualité.
  • Prenez des repas réguliers et ne sautez pas de repas, ce qui peut entraîner une plus grande nervosité. Buvez des liquides tout au long de la journée pour prévenir la déshydratation.

Précautions à prendre contre l’akathasie

Si vous avez reçu un diagnostic d’akathisie, renseignez-vous sur cette affection et soyez conscient de tous les symptômes qu’elle peut causer afin de pouvoir signaler immédiatement les futurs épisodes à votre médecin. Si vous l’avez déjà eue, il y a plus de chances que vous ayez des problèmes semblables à l’avenir. Commencez lentement à prendre vos nouveaux médicaments, discutez des symptômes que vous ressentez avec votre médecin et n’hésitez pas à demander de l’aide lorsque vous en avez besoin.

Points clés sur l’akathasie

L’akathisie est un type de trouble du mouvement consistant en « une difficulté à rester immobile et un sentiment subjectif d’agitation ».
Il s’agit d’un effet secondaire parfois ressenti par les patients à qui l’on prescrit des antipsychotiques, des antiémétiques ou des antidépresseurs. Il peut également être causé par d’autres médicaments, la chimiothérapie, la maladie de Parkinson, le sevrage, la consommation de drogues et un traumatisme crânien.
Les symptômes peuvent comprendre : l’anxiété, la cadence, les mouvements répétitifs, la colère et la rage, les comportements inhabituels, les troubles du sommeil, la perte d’appétit et la dépression.

7 options naturelles pour aider à gérer l’akathisie

  1. Changement de vos médicaments ou de la posologie des médicaments
  2. Gestion de la dépression et/ou de l’anxiété par la thérapie
  3. Manger sainement
  4. Exercice
  5. Prendre des suppléments comme le fer et la vitamine B6
  6. Dormir suffisamment
  7. Gérer le stress par d’autres moyens comme le yoga, la méditation, un groupe de soutien, des huiles essentielles, des herbes, etc.

Achetez maintenant vos huiles essentielles pour lutter contre l’akathisie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s