Symptômes du cancer de la vessie + 6 façons naturelles d’aider

On estime que plus de 2 % des hommes et des femmes (soit environ 1 sur 50) recevront un diagnostic de cancer de la vessie au cours de leur vie. Rien qu’en France, en 2017, plus de 5 000 personnes sont décédés suite à un cancer de la vessie et plus de 13 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Le cancer de la vessie touche plus d’hommes que de femmes, bien que les femmes puissent également être touchées par cette maladie. (1)

asparagus-2169305_640.jpg

Quel est l’un des premiers signes du cancer de la vessie ? Habituellement, l’un des premiers symptômes du cancer de la vessie est la présence de sang dans l’urine (appelé hématurie). Selon le stade ou le degré de cancer de la vessie diagnostiqué, les options de traitement peuvent comprendre la chimiothérapie, la radiothérapie, l’immunothérapie et des changements de mode de vie pour prévenir la réapparition du cancer. Malheureusement, les traitements contre le cancer ont tendance à causer de nombreux effets secondaires différents qui peuvent même être pires que les symptômes du cancer de la vessie -mais les remèdes naturels comme les changements alimentaires, les suppléments et les activités de réduction du stress peuvent aider à rendre les traitements plus faciles à gérer.

Qu’est-ce que le cancer de la vessie ?

Comme son nom l’indique, le cancer de la vessie est un cancer qui affecte la vessie, un organe creux dans la partie inférieure de l’abdomen qui stocke l’urine jusqu’à ce qu’elle soit évacuée du corps. Il existe plusieurs types différents de cancer de la vessie, qui comprennent (2) :

  • Carcinome à cellules transitionnelles – Le type de cancer de la vessie le plus courant est appelé carcinome à cellules transitionnelles (aussi appelé carcinome urothélial). Ceci se développe d’abord dans les cellules urothéliales qui tapissent l’intérieur de la vessie et aident normalement la vessie à changer de forme et de taille en fonction de son degré de remplissage. Ce même type de cancer peut également affecter d’autres parties des voies urinaires, mais la vessie est plus susceptible d’être affectée.
  • Carcinome épidermoïde – Ce type affecte d’abord les cellules minces et plates qui tapissent la vessie. Elle est habituellement causée par une irritation ou une infection de la vessie, mais elle est considérée comme rare.
  • Adénocarcinome – Ce type de cancer affecte les cellules qui produisent et libèrent le mucus et d’autres liquides. Il s’agit d’un type rare de cancer de la vessie comparativement au carcinome à cellules transitionnelles.

Combien de temps vivrez-vous si vous avez un cancer de la vessie ? Cela dépend du moment où le cancer a été détecté ou, plus précisément, du stade et du grade auxquels il a été diagnostiqué. Lorsque le cancer de la vessie est diagnostiqué à un stade précoce (plus de détails sur les stades ci-dessous), il y a une forte probabilité qu’il puisse être surmonté. La recherche suggère qu’à partir de 2013, plus de 77 % des personnes atteintes d’un cancer de la vessie vivront au moins cinq ans après leur diagnostic.

Symptômes du cancer de la vessie + signes précoces

Comment savoir si vous avez un cancer de la vessie ? Les symptômes et les signes précoces du cancer de la vessie peuvent inclure (3):

  • Sang dans l’urine (hématurie). L’urine peut être rose, rouge vif ou de couleur marron ou marron foncé. Le sang peut aller et venir, disparaissant parfois pendant des semaines à la fois pour ensuite revenir.
  • Miction douloureuse, qui s’aggrave habituellement à mesure que le cancer progresse.
  • Symptômes chroniques liés à des infections urinaires fréquentes, à des calculs rénaux et vésicaux, ou à un cathéter vésical laissé en place pendant une longue période qui cause une irritation.
  • Les symptômes avancés du cancer de la vessie peuvent inclure les symptômes ci-dessus, plus :
  • Douleurs pelviennes, et/ou parfois lombaires et abdominales.
  • Miction fréquente due à une vessie hyperactive. Vous pourriez avoir l’impression d’avoir besoin d’uriner soudainement et de toute urgence ou avoir de la difficulté à contrôler votre vessie ou à solliciter les muscles de votre bassin.
  • Être incapable d’uriner ou de contrôler son « jet ».
  • Nausées, perte d’appétit et perte de poids.
  • Sensation de fatigue ou de faiblesse.
  • Inflammation dans les pieds.
  • Douleurs et douleurs osseuses.

Il est possible que les symptômes et les signes du cancer de la vessie soient quelque peu différents chez les femmes que chez les hommes. Les symptômes du cancer de la vessie chez les hommes peuvent affecter la prostate, une glande de la taille d’une noix située entre la vessie et le pénis chez les hommes qui libère du liquide prostatique et aide à libérer l’urine. Le cancer de la vessie est le quatrième cancer le plus souvent diagnostiqué chez les hommes et presque trois fois plus fréquent chez les hommes que chez les femmes. Les hommes atteints d’un cancer de la vessie présentent habituellement un peu de sang dans l’urine, des brûlures urinaires, une urgence accrue et/ou une fréquence accrue. Les femmes peuvent présenter plusieurs des mêmes symptômes de cancer de la vessie. Chez les deux sexes, il est fréquent que ces symptômes du cancer de la vessie soient attribués à d’autres affections comme les infections des voies urinaires, mais s’ils reviennent souvent, il est important de consulter un médecin. (4)

Causes du cancer de la vessie et facteurs de risque

Quelles sont les principales causes du cancer de la vessie ? Le cancer de la vessie se développe lorsque les cellules de la vessie croissent anormalement, développent des mutations et forment des tumeurs. On ne sait pas toujours pourquoi cela se produit chez certaines personnes, surtout si elles n’ont pas de facteurs de risque évidents ou d’antécédents familiaux. Il existe de nombreuses causes profondes possibles du cancer, y compris diverses combinaisons de facteurs génétiques et environnementaux.

Vous avez un risque accru de cancer de la vessie si :

  • Vous avez plus de 40 ans, puisque votre risque augmente avec l’âge. Environ 9 personnes sur 10 atteintes d’un cancer de la vessie ont plus de 55 ans.
  • Vous êtes un homme. Les hommes développent le cancer de la vessie beaucoup plus souvent que les femmes.
  • Vous avez déjà eu un cancer dans le passé, en particulier un cancer affectant les voies urinaires.
  • Vous fumez ou utilisez des produits du tabac. Le tabagisme est considéré comme l’une des causes les plus importantes du cancer de la vessie puisqu’il provoque le transport des toxines vers les reins et dans l’urine où elles sont exposées à la paroi de la vessie.
  • Vous êtes caucasiens/blancs. Les personnes de race blanche ont environ deux fois plus de chances de développer un cancer de la vessie que les Afro-Américains et les Hispaniques.
  • Vous êtes exposés à certains produits chimiques et toxines qui peuvent endommager vos reins, par exemple en raison d’une exposition au travail ou de la pollution de l’environnement. Les produits chimiques liés au cancer de la vessie comprennent l’arsenic, la benzidine et la bêta-naphtylamine, ainsi que les produits chimiques utilisés dans la fabrication de colorants, de caoutchouc, de cuir, de textiles et de peintures. Selon l’American Cancer Society, « les travailleurs présentant un risque accru de développer un cancer de la vessie sont les peintres, les machinistes, les imprimeurs, les coiffeurs (probablement en raison d’une forte exposition aux colorants capillaires) et les camionneurs (probablement en raison d’une exposition aux vapeurs de diesel) ». On trouve de l’arsenic dans l’eau du robinet contaminée, bien que cela ne se produise que rarement dans les pays industrialisés. (5)
  • Vous avez des antécédents d’infections vésicales chroniques ou d’irritation de la muqueuse de la vessie, comme l’utilisation prolongée d’un cathéter urinaire. La vessie peut devenir irritée par des infections urinaires, des calculs rénaux ou une infection de la prostate. (6)
  • Vous avez des antécédents familiaux de cancer, en particulier de cancer colorectal héréditaire non polyposé, également appelé syndrome de Lynch. Les personnes présentant une mutation génétique du gène du rétinoblastome (RB1), ou maladie de Cowden, présentent également un risque accru.
  • Vous avez été exposé à des radiations ou avez déjà subi une chimiothérapie.
  • Vous avez eu des infections parasitaires. Par exemple, l’infection parasitaire appelée schistosomiase (aussi connue sous le nom de bilharziose), qui touche principalement les personnes vivant ou en visite en Afrique et au Moyen-Orient, peut augmenter le risque de cancer de la vessie.
  • Vous présentez une anomalie congénitale rare qui affecte les voies urinaires et la vessie, y compris celles appelées exstrophie ou urachus.
  • Vous avez pris des médicaments contre le diabète appelés pioglitazone (Actos) pendant plus d’un an.

Diagnostic du cancer de la vessie et stade du cancer

Diagnostic du cancer de la vessie :
Heureusement, le cancer de la vessie est souvent diagnostiqué à un stade précoce, ce qui signifie qu’il y a une plus grande probabilité de guérison. Selon la clinique Mayo, « Environ sept cancers de la vessie sur dix diagnostiqués débutent à un stade précoce -lorsque le cancer de la vessie est hautement traitable ».

Pour poser un diagnostic de cancer de la vessie, votre médecin effectuera probablement plusieurs tests, dont une analyse d’urine et une cytologie urinaire. Le sang dans votre urine peut ne pas être visible lorsque vous allez aux toilettes, mais peut parfois être détecté lors d’un examen microscopique de l’urine. Votre médecin recherchera également des changements chromosomiques, des antigènes et des protéines appelées NMP22 dans votre urine.

Stade du cancer de la vessie :
Le stade ou le degré de cancer d’une personne fait référence à la mesure dans laquelle son cancer a progressé et/ou s’est propagé dans tout son corps. Le terme « stade » décrit l’endroit où le cancer est localisé et s’il s’est propagé ou non à certaines parties du corps, comme les ganglions lymphatiques. Le but de la détermination du stade du cancer est d’aider à déterminer quel type de traitement devrait être le plus efficace. La plupart des médecins déterminent le stade du cancer d’un patient à l’aide du système TNM (qui signifie tumeur, ganglion, métastase), qui décrit la présence de tumeurs primaires, leur localisation et si elles ont été métastasées. Il y a quatre stades du cancer de la vessie que l’on peut diagnostiquer (7) :

  • Stade 0a ou 0b : Il s’agit d’un stade précoce lorsque le cancer se trouve sur la paroi interne de la vessie mais n’a pas envahi le muscle ou le tissu conjonctif.
  • Stade I : Le cancer s’est développé à travers la paroi interne de la vessie jusqu’à la lamina propria (une couche lâche de tissu conjonctif sous la membrane du sous-sol de l’épithélium).
  • Stade II : Le cancer s’est propagé dans la paroi musculaire épaisse de la vessie, mais pas dans les ganglions lymphatiques ou autres organes.
  • Stade III : Le cancer s’est propagé dans toute la paroi musculaire jusqu’à la couche graisseuse des tissus entourant la vessie.
  • Stade IV : La tumeur s’est propagée à la paroi pelvienne ou à la paroi abdominale, éventuellement à un ou plusieurs ganglions lymphatiques régionaux, et éventuellement à d’autres parties du corps.

Le cancer de la vessie peut également être décrit à l’aide des grades :

  • Papillome – Peut réapparaître mais présente un faible risque de progression.
  • Faible note – Plus susceptible de réapparaître et de progresser.
  • Note élevée – Plus susceptible de réapparaître et de progresser.

Traitements conventionnels pour le cancer de la vessie

Le cancer de la vessie est-il guérissable ? Habituellement, mais cela dépend en fin de compte du stade et du grade du cancer. Le cancer de la vessie est habituellement traité par une équipe multidisciplinaire dirigée par un urologue (un médecin spécialisé dans le tractus génito-urinaire, qui comprend les reins, la vessie, les organes génitaux, la prostate et les testicules) et un oncologiste (un médecin spécialisé dans le traitement des cancers). (8)

Les options de traitement du cancer de la vessie peuvent inclure :

  • Chirurgie – La chirurgie est effectuée pour enlever la tumeur et certains tissus environnants. Pour les personnes atteintes d’un cancer de la vessie à invasion musculaire, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire pour enlever la vessie (appelée cystectomie radicale). Si les ganglions lymphatiques sont également enlevés, on parle alors de dissection des ganglions lymphatiques pelviens. Si la vessie d’un patient est enlevée, un chirurgien crée une nouvelle façon d’évacuer l’urine du corps en créant une ouverture et en demandant au patient de porter un sac attaché pour recueillir et évacuer l’urine. (9)
  • Chimiothérapie – Aide à arrêter la capacité des cellules cancéreuses à croître et à se diviser. Il peut s’agir d’une chimiothérapie locale ou d’une chimiothérapie systémique (organe entier).
  • Rayonnement – Utilise des rayons X à haute énergie ou d’autres particules pour détruire les cellules cancéreuses. Il ne s’agit généralement pas d’un traitement primaire du cancer de la vessie, mais il est parfois utilisé en association avec une chimiothérapie.
  • Immunothérapie – Stimule le système immunitaire afin qu’il puisse mieux combattre les cellules cancéreuses. Ceci peut impliquer l’utilisation de la bactérie appelée Bacillus Calmette-Guerin (BCG).
  • Changements du mode de vie pour aider à réduire le risque de récidive du cancer.

6 façons naturelles d’aider le traitement du cancer de la vessie et à soulager les symptômes

Les traitements du cancer de la vessie, comme la chimiothérapie et la radiothérapie, entraînent habituellement des effets secondaires qui peuvent être très inconfortables pendant un certain temps. Par exemple, les effets secondaires de la radiothérapie, de la chimiothérapie et de la chirurgie peuvent comprendre : fatigue, réactions cutanées légères, selles molles, perte d’appétit, nausées, dépression, perte de poids, douleur pelvienne ou abdominale, irritation de la vessie, nécessité d’uriner fréquemment et saignement de la vessie ou du rectum. Vous trouverez ci-dessous quelques moyens naturels de vous aider à gérer ces symptômes et à soutenir votre rétablissement :

1. Reposez-vous et dormez bien

Bien que votre corps travaille fort pour vaincre le cancer et s’adapter aux traitements, il est courant de se sentir fatigué, faible et parfois même déprimé. Vous n’aurez probablement pas assez d’énergie pour faire de l’exercice pendant que vous récupérez, mais si vous vous sentez à la hauteur, vous pouvez rester actif en douceur en marchant, en vous étirant et peut-être en faisant des exercices à faible impact comme le yoga lent ou la natation. Dormez suffisamment pour fournir de l’énergie à votre corps (sept à neuf heures ou plus par nuit). Accordez-vous des pauses tout au long de la journée pour vous reposer, faire des siestes si nécessaire et pratiquer des exercices de relaxation. (10)

2. Mangez un régime riche en nutriments

Des études ont démontré que la consommation d’une variété de fruits et de légumes qui fournissent des antioxydants est importante pour réduire le risque de cancer et aider à la guérison. Intégrez des aliments qui combattent le cancer dans votre alimentation, tels que :

  • Tous les types de légumes verts feuillus et autres légumes vert foncé. Les légumes verts et les légumes crucifères sont connus pour être de puissants tueurs de cancer et certains des meilleurs aliments à base de vitamine C.
  • Baies (myrtilles, framboises, cerises, fraises, baies de goji, camu camu et mûres), kiwi, agrumes, melon, mangues et ananas. Les aliments végétaux de couleur orange et jaune (comme les patates douces, les baies, la citrouille, les courges et autres aliments végétaux) sont de bons choix puisqu’ils fournissent des caroténoïdes, des nutriments essentiels au fonctionnement immunitaire et à la désintoxication.
  • Viandes biologiques, poissons sauvages, œufs et produits laitiers crus/fermentés, qui fournissent des protéines et des nutriments comme le sélénium, le zinc et les vitamines B.
  • Les graisses saines comme l’huile de noix de coco, l’huile d’olive, le ghee, le beurre de graminées et les avocats.
  • Fruits à coque et graines comme les amandes, les noix, les graines de chia et de lin.
  • Glucides complexes, y compris les patates douces, les carottes, les betteraves, les autres tubercules et les aliments à grains entiers. Ceux-ci peuvent vous aider à retrouver de l’énergie et à augmenter votre taux de sérotonine, ce qui favorise le sommeil et la relaxation.
  • Herbes et épices fraîches comme le gingembre, le curcuma, l’ail cru, le thym, le poivre de Cayenne, l’origan, le basilic, le romarin, la cannelle et le persil.
  • Bouillon d’os, jus de légumes frais et infusions d’herbes qui apportent vitamines, minéraux et antioxydants.

3. Buvez suffisamment d’eau pour rester hydraté

En plus de manger sainement et d’arrêter de fumer, des études suggèrent qu’une consommation suffisante de liquides semble importante pour protéger votre vessie et vos voies urinaires. À moins que votre médecin ne vous dise le contraire, essayez de boire un à deux litres d’eau par jour pour soulager les symptômes du cancer de la vessie. Buvez un verre d’eau au moins toutes les deux ou trois heures ou lorsque vous avez soif. Limitez votre consommation d’alcool et de caféine, qui ont des effets diurétiques et peuvent irriter les voies urinaires.

Voici d’autres bonnes nouvelles : des études ont également démontré que la consommation de liquides a un effet favorable sur le risque de cancer colorectal. Selon une étude publiée dans l’European Journal of Clinical Nutrition, « l’ingestion de liquides peut réduire le risque de cancer du côlon en diminuant le temps de transit intestinal et le contact des muqueuses avec des agents cancérigènes. Un faible apport en liquide peut également compromettre la concentration cellulaire, affecter l’activité enzymatique dans la régulation métabolique et inhiber l’élimination des carcinogènes. » (11)

4. Réduire les nausées

Si vous avez des symptômes du cancer de la vessie (ou des effets secondaires des médicaments) comme la nausée, l’indigestion, la perte d’appétit, la faiblesse ou la fatigue, essayez ces remèdes :

  • Buvez de la tisane au gingembre ou appliquez de l’huile essentielle de gingembre sur votre poitrine ou votre abdomen. Pour préparer votre propre thé au gingembre, coupez la racine de gingembre en tranches et placez-les dans une casserole d’eau bouillante pendant 10 minutes.
  • Prenez un supplément contenant de la vitamine B6.
  • Préparez une boisson apaisante à base de camomille et de jus de citron.
  • Inspirez de l’huile essentielle de menthe poivrée ou frottez-la dans votre cou et votre poitrine.
  • Prenez l’air, ouvrez une fenêtre et allez vous promener dehors.
  • Essayez des thérapies alternatives comme la méditation et l’acupuncture.
  • Mangez de plus petits repas répartis tout au long de la journée. Restez assis pendant environ une heure après avoir mangé pour soulager toute pression sur l’estomac.
  • Essayez de manger au moins trois heures avant le coucher pour vous aider à digérer.

5. Pratiquez les techniques de relaxation

Il est courant de se sentir anxieux, déprimé, désespéré ou en colère lorsqu’on suit un traitement contre le cancer. Voici quelques techniques de relaxation qui peuvent vous aider à vous sentir plus calme lorsque les choses deviennent difficiles.

  • Pratiquez le yoga, la méditation et les exercices respiratoires.
  • Passez du temps à l’extérieur et essayez de vous exposer au soleil pour augmenter votre taux de vitamine D.
  • Prenez des herbes adaptogènes pour soutenir votre système nerveux.
  • Recherchez le soutien affectif de votre famille, de vos amis ou d’un groupe de soutien.
  • Gardez espoir en priant ou en rejoignant une communauté confessionnelle.
  • Détendez-vous en utilisant des huiles essentielles comme la lavande, la camomille ou le basilic sacré.
  • Prenez un bain de sel Epsom avant le coucher pour détendre les tensions musculaires.

6. Huile essentielle d’encens

Je recommande fortement d’utiliser l’huile essentielle d’encens (Boswellia serrata) en usage interne ou topique car les recherches suggèrent qu’elle agit comme un traitement naturel potentiel contre le cancer. L’huile essentielle d’encens est préparée à partir de résines aromatiques naturellement présentes dans les Boswellias. L’acide boswellique, connu pour ses propriétés anti-néoplasiques, est le principal composant de l’huile essentielle d’encens contre le cancer.

Une étude publiée par le Département d’urologie du Centre des sciences de la santé de l’Université de l’Oklahoma indique que « l’huile essentielle d’encens semble distinguer les cellules cancéreuses des cellules vésicales normales et supprimer la viabilité des cellules cancéreuses… plusieurs voies peuvent être activées par l’huile essentielle d’encens pour provoquer la mort cellulaire du cancer. L’huile essentielle d’encens pourrait représenter une alternative intravésicale pour le traitement du cancer de la vessie. » (12)

Conseils pour les soins préventifs

Le cancer ne peut pas toujours être évité ou prévenu, mais la recherche suggère qu’un mode de vie sain peut réduire le risque. Voici quelques conseils pour aider à prévenir le cancer ou à réduire les risques qu’il se reproduise :

  • Cessez de fumer et de consommer du tabac ou d’autres drogues.
  • Obtenez un traitement contre les infections parasitaires, les infections urinaires récurrentes et les autres infections contributives. Manger des aliments fermentés, riches en probiotiques, et prendre un supplément de probiotiques peut être vraiment utile pour la santé intestinale et renforcer l’immunité.
  • Aidez à prévenir les calculs rénaux en suivant un régime à base de plantes avec beaucoup d’aliments riches en magnésium et de l’eau de haute qualité.
  • Ayez des rapports sexuels protégés et limitez le nombre de vos partenaires sexuels.
  • Faites régulièrement des tests de dépistage des MST pour éviter de ne pas traiter une infection.
  • Mangez sainement et évitez les aliments inflammatoires. Incluez une variété d’aliments entiers, en particulier des fruits et des légumes aux couleurs vives, dans vos repas de tous les jours.
  • Restez actif car l’exercice aide à renforcer le système immunitaire. Il est également prouvé que l’exercice peut aider à protéger contre l’hypertrophie de la prostate, qui présente bon nombre des mêmes facteurs de risque que le cancer de la vessie.
  • Limiter l’exposition aux toxines, aux produits chimiques et aux polluants au travail.
  • Traitez toute carence en nutriments que vous pourriez avoir. Envisagez de prendre des suppléments si vous manquez de vitamines ou de minéraux essentiels dans votre alimentation.
  • Connaissez l’histoire de votre famille. De cette façon, vous pouvez vous faire dépister une maladie le plus tôt possible.

Précautions concernant les symptômes du cancer de la vessie

Consultez toujours votre médecin si vous avez du sang inexpliqué dans votre urine (hématurie), surtout si vous avez d’autres symptômes de cancer de la vessie en même temps. Le sang dans votre urine n’est pas nécessairement dû au cancer, mais il est quand même important d’écarter cette possibilité et d’être prudent. Vos symptômes peuvent en fait être causés par des affections courantes telles qu’une infection des voies urinaires, des calculs vésicaux, une vessie hyperactive, des calculs rénaux ou une hypertrophie de la prostate.

Si vous avez déjà eu un cancer de la vessie dans le passé -même si vous avez réussi à le vaincre- vous devriez quand même consulter votre médecin régulièrement pour des tests de suivi pendant des années par la suite. Le cancer de la vessie peut réapparaître et se propager à un stade ultérieur, alors assurez-vous toujours de rester au courant des rendez-vous pour être en sécurité. Il est recommandé de subir des tests souvent si vous êtes à risque très élevé, par exemple en raison d’un cancer antérieur, d’anomalies congénitales de la vessie, d’antécédents familiaux de cancer ou d’une exposition antérieure à des produits chimiques/toxines.

Points clés sur les symptômes du cancer de la vessie

Le cancer de la vessie est un cancer qui affecte la vessie, un organe creux dans la partie inférieure de l’abdomen qui emmagasine l’urine jusqu’à ce qu’elle soit évacuée du corps.
Les symptômes du cancer de la vessie peuvent comprendre : présence de sang dans l’urine, miction douloureuse, incontinence urinaire, douleur pelvienne ou abdominale, ou symptômes plus avancés tels que faiblesse, nausées, douleurs osseuses ou articulaires et perte d’appétit.
Les facteurs de risque de cancer de la vessie comprennent : être un homme, être âgé de plus de 40 ans, avoir des antécédents personnels ou familiaux de cancer, fumer ou avoir des antécédents d’alcoolisme, ou avoir des infections fréquentes qui affectent les voies urinaires.
6 façons d’aider à soutenir le traitement et la guérison du cancer + symptômes du cancer de la vessie :

  • Reposez-vous et dormez beaucoup
  • Mangez un régime riche en nutriments
  • Restez hydraté
  • Réduire les nausées
  • Pratiquer des techniques de relaxation
  • Huile essentielle d’encens

vegetables-1085063_640.jpg

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s