Grossesse et allaitement : comment utiliser les huiles essentielles ?

Nous avons déjà beaucoup parlé de la sécurité des huiles essentielles, mais nous n’avons pas encore parlé de la sécurité des huiles essentielles pour les femmes enceintes et allaitantes. Aujourd’hui, nous allons passer en revue ce sujet, et explorer les huiles essentielles qui sont sûres à utiliser pendant la grossesse ou l’allaitement, ainsi que les moyens de les utiliser pour des symptômes de grossesse spécifiques.

hands-2568594_640

Les huiles essentielles sont utiles pendant la grossesse

Le sujet de l’utilisation des huiles essentielles pendant la grossesse est un peu controversé, principalement parce qu’il n’y a pas eu beaucoup d’études sur le sujet (il peut être difficile de trouver une méthodologie sûre pour tester les femmes enceintes et les enfants qu’elles portent). Les huiles essentielles sont utilisées depuis plus de 25 ans par les sages-femmes, les doulas, les infirmières et les futures mamans et n’ont montré aucun dommage à la mère ou au bébé.

Lorsqu’elles sont utilisées correctement, les huiles essentielles sont très sûres pendant la grossesse et peuvent aider la femme enceinte à surmonter toutes sortes de symptômes de grossesse, y compris les nausées et les vomissements, l’inflammation des chevilles et les spasmes musculaires, l’insomnie, le stress, et plus ! Voir ci-dessous pour quelques suggestions de synergies contre les problèmes courants pendant la grossesse.

Huiles essentielles de base pendant la grossesse ou l’allaitement

Utilisées avec précaution et en toute sécurité, les huiles essentielles se sont avérées très utiles pour aider les femmes à traverser les épreuves et les tribulations physiques et mentales de la grossesse. Voici quelques-unes des règles de base à suivre lors de l’utilisation des huiles essentielles pendant la grossesse ou l’allaitement :

  • L’ingestion doit être évitée pendant la grossesse et l’allaitement – Bien que les applications topiques et la diffusion soient des moyens sûrs d’utiliser les huiles essentielles pendant la grossesse ou l’allaitement, plusieurs huiles essentielles peuvent être toxiques pour le bébé si elles sont ingérées. Il est important de ne consommer aucune huile essentielle pendant la grossesse ou l’allaitement.
  • L’utilisation d’huiles essentielles doit être évitée au cours du premier trimestre – De nombreux aromathérapeutes conviennent que la plupart des huiles essentielles doivent être évitées pendant les trois premiers mois de la grossesse, surtout si vous êtes à haut risque d’une fausse couche (pour une raison quelconque).
  • Moins c’est plus chez les femmes enceintes et allaitantes – Toujours diluer les huiles essentielles avec une huile végétale (amande, noix de coco, graines de chanvre, etc.) avant utilisation. Il est préférable, pendant la grossesse, de ne pas dépasser une dilution de 1 % (6 gouttes d’huile essentielle pour 30 ml d’huile végétale) et une dilution de 2 % (12 gouttes d’huile végétale pour 30 ml d’huile végétale) pendant le travail et l’allaitement.
  • Ne faites fonctionner le diffuseur que pendant 10 à 15 minutes – Les mamans enceintes ont un nez beaucoup plus sensible aux odeurs et un fonctionnement trop long du diffuseur peut causer des maux de tête et des nausées.
  • Il est préférable d’utiliser les huiles essentielles lorsque vous en avez vraiment besoin, par exemple pour traiter des problèmes aigus comme les nausées, l’indigestion, les crampes et spasmes aux jambes, l’insomnie, la toux et la congestion, le stress et l’anxiété, etc.
  • Évitez les absolues et autres « huiles essentielles » extraites par solvant – Non considérées comme de véritables huiles essentielles, les absolues sont créées à l’aide d’un solvant, souvent l’hexane ou le butane, pour retenir le parfum. Bien qu’il ne devrait plus y avoir de solvant dans le produit final, vous ne pouvez pas être sûr, et des traces d’hexane ont été trouvées dans de nombreux absolus.
  • Ne pas ajouter d’huiles essentielles à la piscine d’accouchement – Les huiles essentielles flottent plutôt sur le dessus et ne s’y mélangent pas. L’ajout d’huiles essentielles dans la piscine d’accouchement est dangereux pour le nouveau-né et pourrait causer des brûlures, de l’irritation ou d’autres problèmes par ingestion accidentelle. Gardez les huiles essentielles à l’inhalation/diffusion pendant l’accouchement, si vous êtes dans une piscine.

Huiles essentielles que les femmes enceintes et allaitantes devraient éviter

Il a été déterminé que ces huiles essentielles ne sont pas sécuritaires pour l’utilisation pendant la grossesse et l’allaitement, par toutes les voies (c.-à-d. diffusion, topique, ingestion) parce que leur composition chimique contient des constituants chimiques spécifiques qui devraient être évités pendant la grossesse. Certains de ces constituants peuvent traverser le placenta et devenir toxiques pour le fœtus (camphre), sont neurotoxiques (thuyone), tératogènes et causer des malformations chez le bébé (citral), et plus.

  • Absinthe (Artemisia absinthium)
  • Achillée (Achillea millefolium, Achillea nobilis)
  • Aneth (Anethum graveolens, Anethus sowa)
  • Anis (Pimpinella anisum)
  • Anis étoilé (Illicium verum)
  • Armoise (Artemisia arborescens, Artemisia vulgaris)
  • Artemisia (Artemisia vestita)
  • Artemisia afra (Artemisia afra)
  • Atractylis (Atractylylodes lancea)
  • Basilic citron (Ocimum x citriodorum) – Peut être utilisé à faible dilution, pas plus d’une fois par jour.
  • Bois de hô (Cinnamomum camphre)
  • Bois de singe (Backhousia anisata)
  • Buchu (Agathosma betulina, Agathosma crenulata)
  • Calament népéta (Calamintha nepeta)
  • Callitris pancheri (Neocallitropsis pancheri)
  • Cannelier de Ceylan (Cinnamomum verum)
  • Cannelier de Chine (Cinnamomum cassia)
  • Carotte graine (Daucus carota)
  • Cèdre rouge de l’Ouest (Thuja plicata)
  • Citronnelle (Cymbopogon flexuosus) – Éviter l’utilisation pendant la grossesse, OK pour l’utilisation pendant l’allaitement.
  • Cumin noir (nigelle) (Nigella sativa)
  • Cyprès bleu (Callitris intratopica)
  • Encens (Boswellia ssp) – Peut être utilisé à faible dilution, pas plus d’une fois par jour
  • Eucalyptus (Eucalyptus camaldulensis, Eucalyptus globulus, Eucalyptus maidenii, Eucalyptus plenissima, Eucalyptus kochii, Eucalyptus polybractea, Eucalyptus radiata, Eucalyptus autraliana, Eucalyptus phellandra, Eucalyptus smithi)
  • Eucalyptus staigeriana (Eucalyptus staigeriana) – Peut être utilisée à faible dilution, pas plus d’une fois par jour.
  • Fenouil, amer et doux (Foeniculum vulgare)
  • Gattilier (Vitex ugnus castus)
  • Gaulthérie couchée (Gaultheria procumbens)
  • Genipi (Artemisia genepi)
  • Grande camomille (Tanacetum parthenium)
  • Hysope (Hyssopus officinalis)
  • Lavande papillon (Lavandula stoechas)
  • Merisier rouge (Betula lenta)
  • Muscadier (Mysristica fragrans)
  • Myrrhe (Commiphora myrrha)
  • Myrte (Melaleuca teretifolia) – Éviter l’utilisation pendant la grossesse, OK pour l’utilisation pendant l’allaitement.
  • Myrte citronné (Backhousia citriodora) – Éviter l’utilisation pendant la grossesse, OK pour l’utilisation pendant l’allaitement.
  • Origan (Origanum onites, Origanum smyrnaeum, Origanum vulgare, etc.)
  • Pennyroyal (Mentha pulegium)
  • Persil, Feuille/Semence (Petroslinum sativum)
  • Plectranthus (Plectranthus fruticosus)
  • Ravintsara (Cinnamomum camphora)
  • Romarin (Rosmarinus officinalis)
  • Rue (Ruta graveolens)
  • Sauge lavande (Salvia lavandulaefolia)
  • Sauge sclarée (Salvia sclarea) – Elle devrait être évitée pendant la grossesse parce qu’elle peut provoquer des contractions, mais elle a été utilisée assez efficacement dans la salle d’accouchement à cette fin. Elle peut être utilisée sans danger pendant le travail (sous la supervision d’une doula ou d’une sage-femme) ainsi qu’après l’accouchement
  • Sauge officinale (Salvia officinalis)
  • Tanaisie (Tanacetum vulgare)
  • Tea tree citronné (Leptospermum petersonii) – Éviter d’utiliser pendant la grossesse, OK pour l’allaitement.
  • Thujopsis  (Thujopsis dolobratta)
  • Thuya (Thuja occidentalis)
  • Thym citron (Thymus x citriodorus) – Peut être utilisé à faible dilution, pas plus d’une fois par jour.
  • Verveine citronnelle (Aloysia triphylla) – Peut être utilisé à faible dilution, pas plus d’une fois par jour.
  • Verveine exotique (Litsea cubeba) – Éviter l’utilisation pendant la grossesse, OK pour l’utilisation pendant l’allaitement.
  • Zédoaire (Curcuma sedoaria)

Huiles essentielles sans danger pour la femme enceinte ou allaitante

Cette liste n’est pas exhaustive, car de nombreuses huiles essentielles n’ont jamais été testées cliniquement pour une utilisation pendant la grossesse. D’autres huiles essentielles non mentionnées ici peuvent être utilisables si elles sont correctement diluées et utilisées avec parcimonie.

  • Arbre à thé (Melaleuca alternifolia)
  • Bergamote (Citrus bergamia) – Ne pas utiliser par voie topique avant de s’exposer au soleil, les produits de diffusion et de lavage sont sûrs.
  • Bois de rose (Aniba rosaeodora)
  • Bois de santal (Santalum spicatum)
  • Camomille romaine et sauvage (Chamaemelum nobile, Matricaria recutita)
  • Citron (Citrus x limon) – Ne pas utiliser par voie topique avant de s’exposer au soleil, les produits de diffusion et de lavage sont sans danger.
  • Citron vert (Citrus x aurantifolia) – Ne pas utiliser par voie topique avant de s’exposer au soleil, les produits de diffusion et de lavage sont sûrs.
  • Copaiba (Copaifera langsdorfii, Copaifera officinalis)
  • Coriandre (Coriandrum sativum)
  • Cyprès (Cupressus sempervirens)
  • Encens (Boswellia carteri, Boswellia frereana, Boswellia neglecta, Boswellia rivae, Boswellia sacra, Boswellia serrata)
  • Épicéa commun (Picea abies)
  • Genévrier (Juniperus communis)
  • Géranium (Pelargonium graveolens)
  • Gingembre (Zingiber officinale)
  • Lavande aspic et vraie (Lavandula angustifolia, Lavandula latifolia)
  • Mandarine (Citrus reticulata)
  • Marjolaine douce (Marjorana hortensis)
  • Néroli (Citrus x aurantium)
  • Orange douce (Citrus sinensis)
  • Pamplemousse (Citrus x paradisi) – Ne pas utiliser par voie topique avant de s’exposer au soleil, les produits de diffusion et de lavage sont sûrs.
  • Patchouli (Pogostemon cablin)
  • Petitgrain (Citrus aurantium)
  • Pin sylvestre (Pinus sylvestris)
  • Poivre noir (Piper nigrum)
  • Rose (Rosa damascena) – peut être utilisé sans danger pendant le troisième trimestre.
  • Sapin blanc, Sapin de Sakhaline, Sapin de Sibérie (Abies alba, Abies sachalinensis, Abies sibirica)
  • Tangerine (Citrus reticulata)
  • Thym ct linalool (Thymus vulgaris)
  • Ylang ylang (Cananga odorata) – A utiliser avec modération car il est très piquant, même pour le nez d’une personne non enceinte.

Les huiles essentielles pour soulager les maux de grossesse

Nausées, vomissements, brûlures d’estomac : Je préfère essayer le gingembre, la menthe poivrée ou le thé à la menthe verte pour les nausées, mais lorsque j’utilise des huiles essentielles pour les nausées, j’aime garder une goutte ou deux de gingembre, de menthe verte ou un mélange des deux sur un inhalateur personnel, dans mon sac. La menthe verte est préférable à la menthe poivrée, car elle n’est pas aussi intense et contient moins de pulégone (un constituant présent dans plusieurs huiles essentielles mentholées qui peuvent causer une toxicité hépatique chez la mère si on en abuse). Certaines mères trouvent également un soulagement avec les parfums rafraîchissants de citron, de pamplemousse, de citron vert et d’orange douce lorsqu’elles ont des nausées et des vomissements.

Congestion thoracique/Rhume : Pour la congestion thoracique et les nez bouchés, j’aime traiter les femmes enceintes avec mon Vicks fait maison Jr. (le mélange 6 mois et plus). L’aiguille de sapin et le cyprès sont deux de mes alternatives préférées à la place de l’eucalyptus, pour la respiration et la congestion thoracique. Vous pouvez ajouter quelques gouttes d’encens ou de bergamote pour aider à combattre les maladies, la congestion thoracique et les germes si nécessaire.

Douleur dorsale/Douleur des nerfs sciatiques : Alors que le poivre noir, la marjolaine douce et la camomille sont excellents pour les douleurs musculaires du dos et des jambes, le cyprès est excellent pour le gonflement des jambes et des chevilles et pour les crampes aux jambes. Quand il s’agit de douleur au nerf sciatique, je trouve que la marjolaine douce, la lavande, le cyprès, le poivre noir et la camomille sont tous de grands choix. Ma préférée pour les douleurs nerveuses de toutes sortes est la marjolaine douce. BONUS – si vous combinez l’une de ces huiles essentielles avec de l’huile d’églantier (6 gouttes d’huile d’églantier pour 30 ml d’huile végétale), et massez le bas de votre dos, vos hanches et vos cuisses ; ceci est aussi une huile pour vergetures qui aide également à apaiser votre bas du dos en même temps.

Vergetures et peau sèche : Pour les vergetures et les cicatrices, diluer 2 gouttes d’huile essentielle de camomille (romaine ou sauvage) et 2 gouttes d’huile essentielle d’orange douce dans 30 ml d’huile d’églantier, et masser partout.

Stress/Anxiété/Peur : La lavande, la camomille, les agrumes, le géranium, l’ylang-ylang, le petitgrain et le néroli sont tous d’excellentes options à utiliser lorsque des moments apaisants et stimulants sont nécessaires. Le massage, la diffusion, ou un inhalateur personnel sont tous de grandes manières d’employer ces huiles. J’aime aussi suggérer la méditation et le yoga à toutes les personnes stressées, enceinte ou non. Apprendre à contrôler la respiration et à détendre l’esprit vous aidera même pendant l’accouchement. J’apprécie aussi une bonne tasse de thé à la camomille !

Insomnie : Ma première suggestion est toujours la lavande et la camomille, peut-être même avec un peu d’orange douce. D’autres qui fonctionnent bien pour le sommeil et la relaxation sont la marjolaine douce, l’ylang ylang, le citron vert, la bergamote, le néroli et le citron. J’aime soit faire un spray et vaporiser la chambre ou mon oreiller, soit diffuser les huiles essentielles dans la chambre 30 minutes avant le coucher. Vous pouvez aussi mettre quelques gouttes sur un inhalateur personnel et le garder près de votre lit, juste au cas où vous auriez une de ces nuits où vous ne pourriez pas dormir.

Fatigue : Pour la fatigue, j’adore combiner 1 goutte de menthe verte avec 1 goutte de pamplemousse, de citron vert et d’orange douce dans un inhalateur personnel. C’est mon option préférée parce qu’alors vous pouvez l’apporter avec vous et prendre un sniff quand nécessaire. Vous pouvez aussi utiliser ce mélange dans le diffuseur ! Toutes les huiles d’agrumes ont de merveilleuses propriétés stimulantes et peuvent être échangées.

Envie d’en savoir plus ? Découvrez notre article sur l’utilisation des huiles essentielles pour les bébés et les enfants.

pregnant-775036_640

Quelles sont vos huiles essentielles pour la grossesse, le travail et le post-partum ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s